in

Les restaurants japonais de plus en plus nombreux à proposer une cuisine traditionnelle halal

Ils ne poussent pas encore comme des champignons dans le paysage urbain, mais c’est en bonne voie : les restaurants japonais qui affichent des plats halal au menu commencent à fleurir à Tokyo, désireux de satisfaire les papilles des touristes musulmans, majoritairement en provenance d’Indonésie et de Malaisie, dont l’engouement pour leur contrée ne se dément pas depuis 2003.

Ainsi, il n’est plus rare de voir les restaurateurs du terroir mettre les petits plats dans les grands pour complaire aux exigences d’une clientèle musulmane en recrudescence, en espérant décrocher la fameuse certification, gage d’une cuisine traditionnelle concoctée à la sauce halal.

Afin d’obtenir le label de plus en plus convoité, des sociétés à but non lucratif ainsi que des entreprises privées ont vu le jour en vue de proposer leurs services aux établissements hôteliers et de restauration du Japon. La société Malaisie Halal Co. Corporation basée à Tokyo et dirigée par Abou Hassan Akmal, un musulman malais de 42 ans, fait partie de celles-là. Depuis sa création en 2010, la structure a émis ses propres certificats halal pour six hôtels et huit restaurants nippons, en vérifiant si leurs plats, incluant les assaisonnements et les additifs, étaient bien mitonnés conformément aux règles islamiques, y compris la manière dont les ingrédients étaient conservés. Les hôtels certifiés par l’entreprise sont dorénavant habilités à fournir des informations sur la”qibla”, la direction de la Mecque pour la prière, ainsi que sur les restaurants halal.

Pas moins de 17 restaurants dûment certifiés halal ont ainsi renouvelé leur carte dans la localité de Taito Ward, grâce à des subventions allouées par la municipalité qui leur ont permis de supporter le coût financier engendré. “Lorsque vous voyagez, vous voulez naturellement découvrir les beautés du pays où vous séjournez, mais aussi goûter ses spécialités culinaires. Ici, à Taito Ward, les plats du terroir sont délicieux et nous étions frustrés de ne pas pouvoir en faire profiter les touristes musulmans”, a déclaré le directeur du tourisme, Takuji Kwai, heureux d’avoir réussi à pallier ce problème en se donnant les moyens de diversifier une offre culinaire qui était jusqu’à présent l’apanage des restaurants indiens.

Le Japon n’est pas un pays musulman et le marché du halal n’en est qu’à ses frémissements”, a commenté pour sa part le président du Comité Japon Expo halal, Yoshichika Terasawa, en prédisant néanmoins l’essor de cette niche économique au vu du nombre croissant de touristes musulmans qui s’offrent volontiers une escale de dépaysement au pays du Soleil Levant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Canada: face à l’islamophobie, les femmes voilées prennent des cours d’auto-défense (vidéo)

Etats-Unis : une championne d’escrime voilée rêve de concourir aux JO de Rio