in

Les musulmans votent de plus en plus à gauche, selon une étude

Alors que l’intensité du souffle divin du Ramadan emplit les cœurs des musulmans, une énième étude a choisi ce moment d’une grande richesse spirituelle pour s’interroger sur ce qui fait battre ces mêmes cœurs, et peut-être même les fait vibrer, mais sur un plan plus terrestre, et même très terre-à-terre, celui de la politique…

Une fois n’est pas coutume, la dernière enquête de l’Ifop n’a pas jugé bon de prendre le pouls des Français sur la fameuse peur de l’islam qui donne des palpitations à tout l’Hexagone. Ouf ! Cette auscultation-là nous aura été épargnée mais au profit d’une analyse pour le moins incongrue en ce début de mois Saint et dans le désert électoral qu’est 2013. A moins qu’elle n'augure déjà de l’effervescence qui règne dans les QG des partis, incapables de solutionner les problèmes majeurs des Français, mais débordant d’énergie et d’idées pour partir à la conquête des mairies en 2014 !

La saison de la pêche aux voix ne connaît aucune trêve, pas même la plus sacrée, et la fameuse question du vote musulman semble se poser avec acuité. Gageons qu'elle fera phosphorer l'UMP et le FN, prêts à toutes les volte-face pour conquérir les places fortes de nos villes et nos villages.

Sans aller jusqu’à dire qu’il bat la chamade, l’analyse de l’Ifop affirme que le cœur des musulmans bat à gauche, une inclination qui s’est même renforcée depuis 2002, ou quand le cœur de 5% du corps électoral français a ses raisons que la raison ne peut pas ignorer…

Lors de la dernière présidentielle, la question de savoir si un vote musulman existait et avait contribué à faire pencher la balance électorale en faveur de la chimérique « France du changement » de Hollande contre la « France forte » dévastatrice de Sarkozy, a été abordée à maintes reprises.

Selon les résultats mis en lumière par l’Ifop, au premier tour, 57 % des électeurs musulmans ont glissé leur bulletin François Hollande dans les urnes, alors que l’ensemble de l’électorat national n’a voté qu’à 29 % pour le candidat socialiste. Au second tour, l’écart est encore plus marqué puisque François Hollande réalise un score de 86 % chez les musulmans, 34 points de plus que sa moyenne nationale.

Il ressort de cette étude que c'est Jean-Luc Mélenchon qui renforce le marquage à gauche des électeurs musulmans : « bien que laïc intransigeant (…), le leader du Front de Gauche est parvenu, par son opposition très nette au FN et par la reconnaissance des bienfaits de la présence d’une immigration arabo-musulmane en France à capter une part significative » de cet électorat.

Le vote des banlieues est également passé au crible. Si François Hollande attire 63 % de l’électorat populaire musulman au premier tour, il est devancé de deux points par Marine Le Pen dans les mêmes catégories sociales, et ce toutes confessions confondue.

Mais que l’on ne s'y trompe pas ! La préférence musulmane pour la gauche et en l'occurrence pour le champion du PS par défaut, puisque DSK était initialement le candidat providentiel du parti de la rose, a traduit avant tout un vote sanction contre l’ex-souverain du « Kärcher et du mouton dans la baignoire » et son mandat du diviser pour mieux régner qui a laissé des plaies à vif. 

Quand on ne sait plus à quel saint se vouer et que l’on doit choisir entre la peste et le choléra, on peut toujours nourrir l’espoir que la vision humaniste incarnée par la gauche sera érigée en système de gouvernance. Et ce, même si à l’épreuve du pouvoir, on sait pertinemment que les lendemains déchanteront, comme à l'accoutumée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’équipe Oumma vous souhaite un excellent mois de Ramadan 2013

Données scientifiques : le début du Ramadan était bien le 9 juillet