in

Les musulmans canadiens s’engagent dans la lutte contre la violence faite aux femmes

Accusé de tous les maux dont le suffixe en « isme » augure du pire, le machisme lui était systématiquement accolé, l’islam est aussi perçu à travers le prisme de la violence faite aux femmes, cumulant contre lui les plus noirs clichés comme autant de funestes présages…

L’atteinte à la dignité et à l’intégrité de la gent féminine va à l’encontre de la quintessence du message coranique, c’est sous cette bannière brandissant haut les valeurs intrinsèques de l’Islam que des musulmans canadiens, le ruban blanc à la boutonnière, se sont fédérés pour rejoindre pour la deuxième année consécutive le grand mouvement national contre la violence domestique.

Sous le slogan "Les musulmans s’engagent pour le Ruban Blanc", différents imams et leaders d’opinion musulmans, ainsi que nombre de simples citoyens, ont décidé de venir gonfler les rangs de la plus grande campagne mondiale jamais organisée par des hommes, mais menée dans une totale mixité,  pour enrayer la violence faite aux femmes, tout en privilégiant des partenariats entre les mosquées, les organisations de femmes et des organismes sociaux.

"Cette campagne pédagogique permettra aux canadiens musulmans de réfléchir à la réalité de la violence contre les femmes", a déclaré l'imam Abdur Rashid Michael Taylor, co-président des musulmans pour la Campagne du ruban blanc, précisant l’objectif essentiel de la démarche : "Nous espérons sensibiliser toutes les générations masculines, et favoriser le dialogue, sans tabou, en amenant chacun à parler de sa foi et à réfléchir à la portée de ses actes et paroles".

Le coup d’envoi de la campagne a été donné le 25 novembre, date symbolique de la Journée Internationale de la lutte contre les violences à l’égard des femmes, et culminera les 21 et 23 décembre, lors de la tenue de la Conférence de la revivification de l’esprit islamique à Toronto.  

"En arborant le ruban blanc et en s’engageant à ne jamais commettre, tolérer ou taire la violence contre les femmes, des hommes incarneront des modèles positifs auprès de leurs coreligionnaires ", a ajouté l'imam Abdur Rasheed, qui a indiqué que plusieurs mosquées, à travers le pays, consacreront leurs sermons du vendredi 14 décembre à évoquer le sujet en exhortant à l’exemplarité.

"Les actes de violence contre les femmes sont en contradiction avec les valeurs fondamentales enseignées par le Prophète Muhammad, que la paix soit sur lui, qui a dit : " les meilleurs d'entre vous sont ceux qui se comportent de la meilleure façon envers leurs épouses", a rappelé le Dr Hamid Slimi, président du Conseil canadien de des Imams.

Ce n'est pas la première fois que les musulmans canadiens participent à des campagnes de lutte contre la violence domestique dans le pays, mais compte tenu des préjugés qui assombrissent constamment la perception de l’islam, leur présence s’avère plus que jamais essentielle pour l’éclairer à la lueur du flambeau humaniste : "Le bien-être des femmes est le bien-être de la société, nous devons veiller à la préservation de leur dignité en tout temps et dans tous les domaines de la vie. La violence contre les femmes et les filles est inacceptable et nous nous sommes engagés à travailler avec nos concitoyens pour l'éliminer", a martelé le Dr Hamid Slimi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une lycéenne devient la première femme voilée à s’exprimer à la Chambre des Communes

Qatar : un poète est condamné à la perpétuité pour avoir « insulté » l’émir