in

Les Anonymous ont piraté le site du Mossad

Ce sont les Attila de la guerre cybernétique, les plus célèbres hacktivistes du Net n’ont pas failli à leur réputation, revendiquant sur Twitter une nouvelle victoire dans les attaques de déstabilisation massive menées sans discontinuer contre Israël, depuis le 11 juillet.

Dans le cadre de leurs représailles #OpSavegaza lancées contre l’offensive israélienne vengeresse "Frontière protectrice" qui a tourné au carnage de Gaza, le site du Mossad a été pilonné par une pluie de frappes électroniques simultanées qui a saturé son serveur et l’a mis HS pendant plus de 24h.

Derrière son masque impénétrable, l'armée sans frontières des Anonymous compte plein de bons et loyaux soldats prêts à bombarder les sites gouvernementaux d'Israël pour les réduire à l’écran noir, chaque heure d’inaccessibilité étant accueillie comme un triomphe sur un Etat criminel à mettre d'urgence hors d’état de nuire.

Le 22 juillet, ces illustres inconnus retranchés derrière leur écran annonçaient, non sans fierté, qu’ils avaient réussi un joli coup de force en bloquant l’accès à près de 1000 sites d’institutions gouvernementales et d'entreprises israéliennes.

« Ils n’oublient pas et ne pardonnent pas », les Anonymous n’acceptent pas non plus l’impunité d’exception qui donne un blanc-seing à Netanyahou pour commettre l’innommable, et c’est dans une vidéo d’avertissement, dont ils ont le secret, qu’ils ont prévenu que leur offensive informatique allait redoubler d’intensité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gaza: des avocats marocains portent plainte contre général israélien Samy Tordjman

Gaza: La passivité et la lâcheté de la Ligue arabe résumées en une caricature