in

Le vice-président du Front National traite de ” salauds” Mélenchon et Bayrou

Si nous ignorons encore à quelle sauce politicienne nous serons mangés dans les  30 petits jours qui nous séparent du premier tour de la présidentielle, l’heure est au soulagement tacite, et aux règlements de compte explicites pour le FN.

La campagne frontiste repart sur les chapeaux de roue, et n’aura pas attendu longtemps avant de tirer doublement profit du drame de Toulouse : d’un côté, Marine Le Pen, égale à elle-même, agite le chiffon rouge  du fondamentalisme religieux dans les banlieues, de l’autre, son vice-président et avocat, Wallerand de Saint-Just, joue les victimes de la vindicte politique et exige des excuses.

Ce dernier a signé un communiqué au titre rageur, bien dans la veine des sorties nauséeuses du patriarche Jean-Marie Le Pen, qui ont émaillé de leur nature diffamatoire et négationniste la vie politique nationale depuis près de trente ans.

"Aux salauds :

A l’attention de Mme Buffet, de MM. Mélenchon, Bayrou, Sopo et autres : vous avez cru pouvoir misérablement instrumentaliser la tragédie de Toulouse contre le Front National et la candidate Marine Le Pen. Vous vous êtes encore une fois déconsidérés. Votre entreprise visant à tenter de traîner dans la boue 20 % des Français a raté. Vous devriez présenter des excuses au Front National, à ses électeurs et à Marine Le Pen. Vous devriez de toute façon vous taire pendant un long moment ", tempête Wallerand de Saint-Just, l'homme multi-casquettes, dont celle de vice-président de l'association catholique intégriste "Chrétienté Solidarité" est révélatrice de l'idéologie dominante du FN.

Heureusement que l’on ne fournit pas des bâillons à l’extrême droite française qui ne dit plus son nom, car le débat démocratique en serait complètement changé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tuerie de Toulouse : Netanyahu fait la leçon à Juppé

Mohamed Merah et moi