in

Le scandale des pompes funèbres musulmanes

Après le Halal, le Hadj, et les boutiques islamiques en ligne (comme l’affaire jahida.com [1]), c’est au tour du secteur des pompes funèbres de connaître ses premières zones d’ombre. Un secteur que l’on pensait à l’abri de certaines dérives du fait de  la particularité de l’activité et de la  gravité qu’il recouvre. Et puis, de par le sacerdoce que représente la profession, le doute à leur encontre n’était pas permis : on ne tire pas sur les ambulances selon l’adage. Et pourtant…

Immersion dans un business macabre

Comme l’a confié à Oumma.com un responsable de pompes funèbres musulmanes, ce type d’activité est réglementé par l’Etat au travers de démarches administratives particulièrement contraignantes. A titre d’exemple, pour ouvrir une agence de pompes funèbres, l’Etat exige obligatoirement une habilitation (délivrée par la préfecture) pour permettre d’exercer l’activité de directeur d’agence de pompes funèbres. Celle-ci ne sera obtenue qu’après avoir suivi une formation de niveau 6 incluant 136 heures de formation d’un montant de 2990 euros [2], et d’avoir justifié d’un casier judiciaire vierge et d’un K-Bis.

La tentation est grande donc, pour certains, d’utiliser frauduleusement l’habilitation délivrée pour un métier de niveau inférieur (moins coûteuse et moins longue) pour exercer la fonction de gérant (voire ne pas avoir d’autorisation du tout et utiliser celle d’un autre). Et ce qui ne devait rester qu’une tentation est devenue une triste réalité : des manoeuvres plus que douteuses sont ainsi savamment réfléchies pour donner l’impression de travailler dans la légalité et attirer les familles endeuillées.

Au final, ce sont elles qui sont les premières lésées (le gérant a-t-il les compétences sur le plan administratif de la fonction qu’il occupe ? Pourra-t-il réaliser les formalités inhérentes à l’activité de gérant ?), alors que la douleur de la disparition d’un proche est encore saillante. De même, et à un degré moindre, ce type de machivélisme fait également “souffrir” les concurrents honnêtes qui se voient rejoindre sur le marché par des gérants peu scrupuleux [3].

Concurrence déloyale entre “croque-morts”

La concurrence déloyale, c’est aussi la gangrène que constituent ces sociétés “fantômes” : travaillant dans l’illégalité, celles-ci proposent des prix anormalement bas et mettent à mal les sociétés intègres. A ce sujet,  un responsable de pompes funèbres nous a déclaré qu’avec la multiplicité de ces commerçants véreux (et leurs prix “cassés”), la suspicion se retourne contre ceux qui travaillent en conformité avec la loi : on les accuserait d’être trop chers et donc d’être des “voleurs”.

Selon plusieurs sources, il s’avère que ces agences friponnes ouvrent pour quelques mois puis ferment dans la foulée. Voulant échapper aux différentes charges et taxes (TVA, charges sociales, Urssaf…), elles font preuve d’une gymnastique rondement menée (travail au noir ?) pour pouvoir offrir des prix défiant toute concurrence.

Autre abus, et tout aussi peu orthodoxe, les tentatives de “corruption” par certains employés de pompes funèbres : ces derniers tenteraient d’acheter la sympathie du personnel des chambres mortuaires afin que ceux-ci orientent les familles vers leurs sociétés de pompes funèbres : un cynisme d’une froideur indescriptible.

En effectuant ce type de “partenariat”, c’est une collusion dénuée de toute éthique morale et religieuse qui est réalisée en coulisses, trahissant une relation de confiance avec les familles endeuillées.

Des familles livrées à elles-mêmes

Notre source nous a également alerté sur le manque de suivi psychologique des familles par certains “commerçants de la mort” après le drame de la perte d’un proche, information confirmée par une autre agence selon laquelle l’encaissement du chèque marque la fin de l’accompagnement. Sans parler, dans le même volet à dominante financière, des marges réalisées sur les pierres tombales (non agréées en Islam) à hauteur de 50 % pour un prix de 4000 euros, soit 2000 euros de bénéfice par cadavre… Cela vous laisse imaginer les recettes en fin de mois.

Malheureusement, ce type d’abus n’est apparemment pas isolé. La suite des évènements devrait nous apporter d’autres informations détonnantes sur ces pratiques sibyllines, ainsi que son lot de (mauvaises) surprises, avec la multiplication des témoignages à charge. Car, manifestement, certains professionnels semblent s’être faits une “raison” au sujet de ces escroqueries morbides. Questionné par une proche du dossier sur ce marché si particulier, un membre d’une société de pompes funèbres aurait lâché :”C’est un monde de requins”. Certains ne le prouvent que trop bien en effet.

Notes:

[1] La boutique islamique jahida.com fait l’objet d’une accusation de grande ampleur concernant des commandes retardées ou jamais envoyées. Plusieurs sites et associations ont dénoncé ses actes frauduleux.[2] Tarifs de l’Institut Français de Formation des Professions du Funéraire.

[3] Pour réduire les risques de tomber sur ce type d’arnaques, rendez-vous sur le site de la préfecture dont dépend la société pour vérifier l’enregistrement, l’habilitation, de la société de pompes funèbres que vous avez choisi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un appel à la prière du haut de la plus grande tour au monde

Vers un calendrier islamique unique pour tous les musulmans ?