in

Le port de hijab jugé incorrect sévèrement pénalisé en Iran

Pénalisées pour port de hijab incorrect selon des critères qui se sont durcis après avoir connu un assouplissement très relatif dans les années 90, il peut désormais en coûter jusqu’à 250 euros d’amende aux Iraniennes dont le voile laisserait échapper quelques mèches de cheveux rebelles.

Au cours de ces derniers jours, un tribunal de Téhéran n’a pas eu la main légère contre ces justiciables jugées récalcitrantes, à l’image de deux jeunes femmes qui ont reçu un sérieux rappel à l’ordre assorti d’une verbalisation prohibitive.

"Plusieurs cas ont été récemment déposés à la Cour pour port de hijab incorrect et, dans deux d'entre eux, les contrevenantes ont été condamnées à acquitter 9 millions de rials", a vivement déploré un fonctionnaire de la justice, dont le témoignage a été cité dans le journal iranien Arman et mentionné dans le quotidien britannique The Telegraph.

Les conductrices iraniennes prises en flagrant délit de tête nue, ou de hijab pas suffisamment couvrant au regard de la loi ne seront pas épargnées non plus, la sanction tombant comme un couperet même derrière le volant : saisie immédiate de leur véhicule et envoi à la fourrière, comme l’a stipulé le général Teymour Hosseini, chef de la police de la circulation, qui ne badine pas avec les petits arrangements avec le voile.

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Les Iraniens sont à coté, il n y a pas de clergés en Islam.
    Le mot hijab ,au sens littéraire veut dire cacher.
    Le mot hijab ,au sens théologique, veut dire cacher la beauté d’une femme.
    Par définition, est hijab tout ce qui diminue la beauté d’une femme, sinon il ne l’est pas.
    On peut se couvrir en entier et etre sexy.
    On réserve son temps, son argent, son savoir , jamais sa beauté. La beauté d’une femme n’est pas publique.
    Je ne sais pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Grande Mosquée de Moscou, magnifiquement rénovée, va rouvrir ses portes à la veille de l’Aïd Al-Adha

P. Doucet: “Ne pas faire de la laïcité une arme contre les musulmans”