in

Le porc imposé au menu par une ville danoise : une mesure islamophobe et anti-réfugiés

Imposer du porc au menu de toutes les institutions publiques, des cafétérias, des écoles maternelles et autres crèches, dans un pays qui en consomme sans se priver et en exporte sans se restreindre, il y a de quoi se pincer pour y croire ! D'ailleurs, nombreux sont ceux qui voient derrière cette mesure sortie du chapeau par la ville danoise de Randers, au mieux une mauvaise farce, au pire la volonté politique d’attiser l’islamophobie et la xénophobie.

Nul besoin de dire que la deuxième hypothèse est de loin la plus vraisemblable, car comme c’est toujours le cas quand le porc fait un retour en force dans les assiettes au nom de la soi-disant préservation de l’identité et de la culture nationales, en l’occurrence celles du Danemark, seuls les musulmans sont livrés à la vindicte…

Les membres du Conseil de la municipalité de Randers, dont on lit dans les pensées comme dans de l’eau de roche, se font tout à la fois les ardents défenseurs de cette identité danoise guettée par un danger chimérique, et les grands pourfendeurs devant l’Eternel de la présence musulmane et de celle des réfugiés sur le territoire national.

Aussi n’ont-ils convaincu que les nationalistes et islamophobes patentés, lorsqu’ils ont cru bon de souligner qu’ils ne voulaient nullement « forcer les musulmans ou les juifs à manger des aliments contraires à leur religion », les esprits forts, lucides et épris de tolérance décelant, quant à eux, une farouche hostilité politique à l’encontre de l’islam et des migrants qui ne sont décidément pas les bienvenus au Danemark.

En effet, pas plus tard que la semaine dernière, le gouvernement danois était sévèrement tancé par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour avoir présenté un projet de loi sur l’immigration donnant carte blanche à la police pour saisir les biens, argent et objets de valeur des migrants. Le HCR a aussitôt dénoncé un sombre calcul politicien de nature à "alimenter la peur, à exacerber la xénophobie et à accroître la précarité des réfugiés qui, contrairement au vœu le plus cher du Danemark, pourraient  être  contraints de rester dans le pays pendant une période prolongée."

Pour briser le mythe du Danemark, terre d’accueil très prisée de ces réfugiés indésirables, ou tordre le cou au fantasme de son islamisation rampante, rien de tel que de lire le bilan édifiant des demandes d’asiles : sur plus de 1 million de migrants qui sont arrivés dans les 28 Etats membres de l'Union européenne l'année dernière, seulement 13 000 ont demandé l'asile au pays des fjords. Pas folle, la guêpe, serait-on tenté de s’exclamer !

Alors que la consommation de porc au Danemark se porte très bien et n’est menacée que par un péril vert créé de toutes pièces, Martin Henriksen, l’apprenti-sorcier populiste, anti-islam et anti-immigration, qui nous en rappelle d’autres bien de chez nous, a applaudi des deux mains à la décision prise par le Conseil de Randers, déterminé à faire frémir dans les chaumières : « Nous sommes également opposés à des règles islamiques qui dictent ce que les enfants danois devraient manger », a-t-il écrit sur sa page Facebook. Un gros mensonge bien indigeste, n’en jetez plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il est vraiment temps que Abbas s’en aille !

Syrie: au coeur d’Alep ravagée par cinq ans de guerre