in ,

Le plus vieux pain du monde a été découvert en Jordanie. Il date de plus de 14 000 ans !

Le désert noir situé au nord-est de la Jordanie a réservé une fabuleuse surprise à une équipe de chercheurs de l’Université de Copenhague, de l’University College London et de l’Université de Cambridge, qui était en train d’explorer minutieusement chaque parcelle d’un vaste site archéologique.

Une découverte historique fascinante les y attendait, après avoir détecté et analysé de minuscules miettes calcinées dans des cheminées ancestrales : ils avaient trouvé là, sous leurs yeux émerveillés, les restes carbonisés d’un pain cuit par des chasseurs-cueilleurs Natoufiens en des temps immémoriaux… il y a plus de 14 400 ans !

Ces infimes restes de ce qui semble s’apparenter à un pain pita ont une valeur scientifique exceptionnelle, de nature à ébranler les certitudes d’un certain nombre d’universitaires, car ils fournissent les premières preuves tangibles que le pain, à base de céréales, était pétri et cuit au moins 3 000 ans avant l’avènement de l’agriculture.

Jusqu’à aujourd’hui, la plus ancienne trace de pain avait été décelée en Turquie et datait de 9100 ans. Aussi, mesure-t-on mieux le caractère extraordinaire que revêt cette trouvaille pour Tobias Richter, co-auteur de l’étude archéologique menée par l’Université de Copenhague, et ses collègues du Danemark et du Royaume-Uni.

« Le pain a été longtemps présenté comme un produit émanant de sociétés agricoles et sédentaires, mais les vestiges découverts en Jordanie sont antérieurs au début de la culture des plantes… d’au moins 3000 ans ! », a-t-il déclaré avec un enthousiasme certain, tandis que son confrère M. Arranz-Otaegui évoquait déjà la prochaine étape cruciale à entreprendre : «  Nous devons maintenant évaluer s’il existe une relation entre la production de pain et les origines de l’agriculture, si la production et la consommation de pain ont influencé l’émergence de la culture et de la domestication des plantes. Il est possible que le pain ait incité les chasseurs-cueilleurs à se lancer dans la culture et l’agriculture ».

A la lumière de leur étude, il ressort en effet que la production de pain, composé de céréales sauvages, pourrait avoir encouragé les chasseurs-cueilleurs à cultiver eux-mêmes leurs propres céréales, contribuant ainsi à la révolution agricole au Néolithique, cette période de la Préhistoire marquée par de profondes mutations techniques et sociales.

A court de mots pour qualifier une étude qui ne va pas manquer de bousculer certains enseignants-chercheurs dans leurs convictions profondes, Amy Bogaard, professeur d’archéologie néolithique et de l’âge du bronze à l’Université d’Oxford et qui n’a pas participé à la recherche, n’a employé qu’un seul épithète pour la décrire : « fascinante ».

« Nous savions auparavant que ces communautés broyaient et préparaient les plantes de différentes façons, mais cette étude est la première à identifier les restes de pain de cette date », a-t-elle indiqué, avant de souligner : « En termes d’histoire de l’alimentation, cela suggère que la préparation d’aliments de type pain plat est antérieure à l’établissement de l’agriculture, et que l’agriculture dans cette région a émergé dans une culture pré-établie de broyage et de cuisson ».

Le désert noir de Jordanie recelait un précieux trésor, le plus vieux pain du monde, qui a fait l’objet d’une étude d’une portée non moins inestimable. Ses conclusions seront prochainement publiées dans la revue scientifique américaine Proceedings of the National Academy of Sciences.

9 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Les datations au carbone 14 (rapport carbone 14/ Carbone 12) sont fiables à 10% près pour des périodes de 300 à 10 000 ans. Au delà, on perd en précision. S’agissant des éléments plus anciens, on utilise la datation uranium/thorium, qui permet de préciser l’âge de la couche géologique.
    C’est ainsi qu’on a pu déterminer l’âge de l’humanité: 7 millions d’années pour les hominidés, 3 millions pour Habilis, 2 millions pour Erectus, 500 000 ans pour notre ancêtre communs avec Néandertal, 300 000 ans pour Néandertal, et un pré-Sapiens, découvert il y a peu au Maroc. 200 000 ans pour Sapiens, 40 000 ans pour la version améliorée appelée “homme moderne”.
    Ces chiffres sont indicatifs. On peut bien sûr les contester. Ils résultent néanmoins d’études scientifique sérieuses, si bien que je doute fort que la vérité en soit très éloignée. Ceci dit, le propre de la science est de savoir se remettre en question.
    S’agissant des données pseudo-scientifiques contenues dans les ouvrages mythologiques, on change de registre. L’Evolution disparaît, la terre s’aplatit, et 13.7 milliards d’années se transforment en 6000 ans. Mais l’humour ne se commente pas.

  2. Les archéologues sont parmi les pires menteurs sur terre.

    Quand ils ne vous expliquent pas en ayant trouvé une simple dent, qu’elle appartenait à un chasseur nommé Groh qui vivait ils 200.000 ans une vie de sédentaire, qu’il avait 3 enfants dont un qui boitait et qui est mort d’une crise cardiaque à l’âge de 20 ans, voila qu’ils nous expliquent avoir trouvé du pain “PITA”, c’est important de le préciser, qui daterait de 14000 ans.

    Les bons kebabs comme à l’époque hein…

    Bref la datation au carbone 14 est une fumisterie, qui a d’ailleurs déjà été démontée par un savant algérien dont je ne me rappelle plus le nom.

    Je vous rappelle que d’après les calculs effectués en se basant sur l’âge des prophètes (en commençant par Adam) dans l’un des livres d’Allah, la Bible (oui elles est modifiée, je le sais) la terre aurait dans les environs de 6000 ans.

    Donnons nous une marge d’erreur de disons 4000 ans.

    L’homme serait donc sur terre depuis moins de 10.000 ans mais il y a 14.000 ans il se faisait cuire du pain pita qui a réussi à tenir jusqu’à aujourd’hui.

    Il faut avoir la foi pour croire dans les allégations de ces gens, mais ce n’est pas la foi en Allah, c’est la foi en une pseudo science qui recouvre littéralement la vérité sur notre passé sous une épaisse de carbone 14.

    • Idiot et inculte. On est pas déçu. On est même rassuré. Tu devrais t’abonner à ouma.com ! Tu devrais plutôt t’appeler sergent garcia…

      • Ce sont toujours les plus bêtes et ceux qui ne réfléchissent jamais par eux même qui ont recours à l’insulte quand une pensée sort des sentiers battus.

        Zorro est à cheval tandis que oummademerde (pseudo qui respire l’intelligence) et Jic sont entrain de ramper sur la route, c’est normal qu’ils soient en colère.

        Yeeehah !

      • Oumma.com dérange les sayanims juifs de tout poil qui cherchent désespérément à redorer le blason des colons juifs qui volent la terre des palestiniens et les massacrent depuis plus de 60 ans en se faisant passer pour des victimes… chercher l’erreur

    • Les datations au carbone 14 (rapport carbone 14/ Carbone 12) sont fiables à 10% près pour des périodes de 300 à 10 000 ans. Au delà, on perd en précision. S’agissant des éléments plus anciens, on utilise la datation uranium/thorium, qui permet de préciser l’âge de la couche géologique.
      C’est ainsi qu’on a pu déterminer l’âge de l’humanité: 7 millions d’années pour les hominidés, 3 millions pour Habilis, 2 millions pour Erectus, 500 000 ans pour notre ancêtre communs avec Néandertal, 300 000 ans pour Néandertal, et un pré-Sapiens, découvert il y a peu au Maroc. 200 000 ans pour Sapiens, 40 000 ans pour la version améliorée appelée “homme moderne”.
      Ces chiffres sont indicatifs. On peut bien sûr les contester. Ils résultent néanmoins d’études scientifique sérieuses, si bien que je doute fort que la vérité en soit très éloignée. Ceci dit, le propre de la science est de savoir se remettre en question.
      S’agissant des données pseudo-scientifiques contenues dans les ouvrages mythologiques, on change de registre. L’Evolution disparaît, la terre s’aplatit, et 13.7 milliards d’années se transforment en 6000 ans. Mais l’humour ne se commente pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une importante Eglise étatsunienne rejoint la campagne BDS

Egypte : une loi sur les médias sociaux et les “fake news” fustigée par les opposants de Sissi