in

Le Pape embrasse les pieds de douze prisonniers, dont une femme musulmane

Joignant le geste inédit et chargé d’émotion à la parole chaleureuse, il n’aura fallu que quelques jours au Pape François pour imprimer sa marque innovante et d’une grande simplicité sur un pontificat qui semble résolument se démarquer du cérémonial du Vatican.

Point d’orgue de la messe traditionnelle du Jeudi Saint, l’ex-archevêque de Buenos Aires, Jorge Bergoglio, promu aux plus hautes destinées pontificales sous le prénom de François, en hommage au Saint patron des pauvres, Saint François d’Assise, ne pouvait choisir visite plus symbolique pour illustrer son vœu de modestie et de proximité que de se rendre dans une prison afin d’y célébrer la messe de la Cène, avec le traditionnel lavement des pieds.

C’est dans un centre de détention pour mineurs dans la banlieue de Rome, que le Pape François a écrit une nouvelle page de l’histoire vaticane en devenant le premier pape à procéder au rituel du lavement des pieds dans l’univers carcéral, et de surcroît en y associant deux jeunes femmes, dont l’une est une Serbe musulmane.

Le lavement des pieds reproduit "un signe qui est une caresse de Jésus", a déclaré ce dernier, après avoir lavé et embrassé les pieds de 12 détenus, en insistant sur la portée de ce geste effectué "de tout coeur", "comme prêtre et comme évêque" et non sous sa mitre de Pape.

En présence d’une cinquantaine de jeunes rassemblés dans la chapelle de la prison, le souverain pontife a prononcé une homélie qui lui ressemble, sur un ton amical, naturel et sans emphase : "Je suis heureux d'être avec vous. Allez de l'avant et ne vous laissez pas voler l'espérance. Compris? Toujours aller de l'avant avec l'espérance!", a-t-il lancé aux détenus, garçons et filles italiens et non italiens, catholiques, orthodoxes et musulmans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’acteur Bohringer rappelle à Guaino les vrais problèmes de la France

Des lois contre les musulmans, pour plus de laïcité ?