in

Le coronavirus détecté dans les eaux usées

La découverte a été faite dans des usines de traitement d’eau par des chercheurs autrichiens. Ils espèrent pouvoir s’appuyer à terme sur ces relevés pour évaluer le degré de contagion parmi la population.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. A ma connaissance, ce n’est pas le virus qui a été détecté dans des eaux usées, mais des fragments de son génome, donc à priori des éléments inactifs. Je crois savoir que des études sont en cours pour démonter la présence de virus actif, en sachant que ce virus ne « vit » que pour se dupliquer rapidement dans des cellules vivantes.

  2. Il ne faut pas rêver. Le dépistage individuel est le seul outil efficace pour limiter la casse. Les succès du Pr Raoult*, malgré un médicament inefficace, ne s’expliquent que par la multiplication des tests. Ils permettent de confiner les porteurs sains, ou faiblement atteints, afin qu’ils ne contaminent plus leurs proches.
    L’approche globale est certes utile, mais pas suffisante.
    En attendant, les masques sont toujours introuvables. On fait quoi dans quinze jours? On recule l’échéance?
    * Marseille est une ville à forte démographie, peu respectueuse des règles. La faible mortalité y était assez inattendue. Je note aussi que les bons chiffres des allemands sont corrélés au nombre de tests.

    • Patrice. Le dépistage ne freine pas l’épidémie. Les facteurs explicatifs sont sans doute à rechercher ailleurs : prophylactiques (gestes barrières, confinement, …), démographiques, épidémiologiques (absence initiale de cluster et de super contaminateurs), …
      A noter que les départements voisins des bouches du Rhône sont très peu touchés comme d’autres régions plus éloignées, par exemple la nouvelle Aquitaine. De la même manière, la France, l’Italie et l’Espagne apparaissent plus comme l’exception que la règle en Europe. Quant à l’Allemagne, on ne voit pas ce qui expliquerait qu’elle ait autant de cas positifs et si peu de formes graves ou mortelles. Alors meilleurs facteurs de protection naturelle de la population (par exemple génétiques), souche moins virulente ou juste des statistiques faussées par la différence des politiques de dépistage ? En gros on aurait beaucoup plus de cas non détectés en France (10 fois plus ?) et la létalité serait alors analogue à celle de l’Allemagne.
      En tout cas rien à voir avec le traitement de Raoult ça c’est une certitude. Le doute est d’autant plus légitime que la chloroquine n’a jamais fonctionné in vivo sur les coronavirus par le passé. Mais attendons les résultats des grandes études. Ceux qui commencent à parvenir ne sont pas favorables. Et pensez bien que si la chloroquine fonctionnait à coup sûr, les chinois qui ont été les premiers touchés et à parler de ce traitement, qui sont capables de la fabriquer en masse, l’auraient probablement non seulement déjà validée mais aussi administrée massivement. Alors qu’en fait aujourd’hui ils en sont toujours à envisager les gestes barrières, les masques, la quarantaine, voire le confinement comme les seul a options valables tout comme d’autres pays de l’Est asiatique comme le Japon ou la Corée du Sud, en cas de reprise de l’épidémie. Comme dirait Raoult : pourquoi les chinois auraient tort ?
      Au fait vous savez comment certains médecins aux États Unis appellent Raoult dont l’image est définitivement attachée à celle de Trump ? « A brave maverick doctor ». Autant dire un marabout. Ce qui siérait effectivement à merveille à Raoult l’africain qui favorise l’obscurantisme au détriment de la science sous couvert de « guerre » sanitaire.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Coronavirus : vans mobiles de dépistage en Inde

Leïla Slimani, Le pays des autres : Le perpétuel écueil des regards lointains…