in ,

Le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU demande l’arrêt des ventes d’armes à Israël, la France s’abstient

Lors d’une session à Genève le vendredi 5 avril 2024, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU demande l’arrêt des ventes d’armes à Israël.

Le Conseil des Droits de l’Homme a examiné le vendredi 5 avril 2024, à Genève, le projet de résolution sur la « situation des droits de l’homme dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et l’obligation d’assurer la responsabilité et la justice ».

Le Conseil a adopté la résolution, exigeant l’arrêt des ventes d’armes à Israël, avec 28 voix pour, 6 contre (Argentine, Bulgarie, Allemagne, Malawi, Paraguay, États-Unis) et 13 abstentions (dont la France). La résolution n’est pas contraignante, mais permet au Conseil de signifier son inquiétude quant au respect des droits de l’Homme dans les territoires palestiniens occupés, notamment à Gaza, et positionne ainsi les États partenaires d’Israël face à leurs responsabilités au regard des conventions humanitaires internationales.

L’application de cette résolution repose désormais sur la volonté des États tiers à se conformer aux directives juridique et humanitaire internationales ; Israël a quant à lui déjà un palmarès de non-respect des résolutions lui étant destinées, notamment celle du 25 mars dernier exigeant un cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

Israël avait d’ailleurs en 2012 décidé de rompre contact avec le Conseil des Droits de l’Homme, il avait jugé que ce dernier était biaisé et se concentrait de manière disproportionnée sur la situation des territoires palestiniens occupés.

Publicité
Publicité
Publicité

Ce même vendredi 5 avril, 115 parlementaires français ont demandé au Président de la République l’arrêt immédiat de la vente d’armes à Israël, via une lettre à l’initiative des parlementaires Mathilde Panot (La France Insoumise), Cyrielle Chatelain (Les Écologistes) et Guillaume Gontard (Groupe Écologiste Solidarité & Territoires du Sénat).

Après plus de 180 jours de bombardements à Gaza, Israël a tué plus de 32 623 Palestiniens depuis le 7 octobre 2023, dont au moins 14 500 enfants.

Agence Média Palestine

Publicité
Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. C’est toute l’ambiguïté de la position de la France. S’il faut choisir entre les droits humains et la manne financière que représente la vente d’armes génocidaires, le pays de la philosophie des lumières a visiblement coupé le courant.
    Inscrivez vous en masse si ce n’est pas encore fait sur les listes électorales et n’oubliez pas d’aller voter à toutes les élections. A notre niveau, la carte d’électeur est un outil redoutable qu’il ne faut pas minimiser. Chaque voix compte. Faites le bon choix….

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Guerre en Ukraine : questions de crédibilité

Pratique et spiritualité (1/1)