in

La Ligue arabe exhorte l’ONU à mettre un terme au martyre du peuple palestinien

Quatre jours après l’assassinat abject de Shireen Abu Akleh, la figure emblématique du journalisme engagé sur Al Jazeera, tombée mercredi 11 mai au champ d’honneur du droit à l’information, universel et inviolable, à Jenine, en Cisjordanie occupée, la Palestine en deuil a commémoré hier, dimanche 15 mai, un anniversaire marqué du sceau de la tragédie : les 74 ans de la Nakba, ce terrible désastre engendré par la création de l’Etat d’Israël en 1948, qui jeta plus de 750 000 Palestiniens sur les routes de l’exode.

C’est à l’occasion d’un 15 mai sous très haute tension sur la terre de souffrance qu’est la Palestine, que la Ligue arabe est enfin sortie de sa réserve…

Ses vingt-deux Etats membres ont, en effet, exhorté le Conseil de sécurité des Nations Unies à intervenir pour mettre fin au martyre du peuple palestinien, mais aussi pour que soient mises en oeuvre les résolutions de l’ONU qu’Israël bafoue d’autant plus allègrement que l’impunité dont il jouit est toujours aussi insolente. 

Publicité

Des résolutions onusiennes qui, faut-il le rappeler, désapprouvent formellement l’occupation, les agressions et les violations massives des droits des Palestiniens commises par l’Etat d’apartheid, tel qu’un rapporteur spécial des droits de l’Homme et Amnesty International le qualifient désormais.

« Ces attaques constituent une grave violation des lois internationales et entravent les efforts internationaux visant à établir la” paix “», dénonce en substance le communiqué officiel de la Ligue arabe, en faisant observer que « sept décennies ont beau s’être écoulées depuis la Nakba, les Palestiniens en subissent toujours les terribles répercussions, leur existence, leur sol, leurs droits et leur caractère sacré étant toujours menacés ». 

Publicité

Parmi les innombrables crimes de guerre israéliens que la Ligue arabe égrène dans son communiqué, le meurtre innommable de la regrettée Shireen Abu Akleh, qui mettrait tout autre pays qu’Israël au ban des Nations ou traînerait devant le Tribunal de la Haye, soulève son indignation.

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Islam et démocratie (1/2)

Par sa mort, Shireen Abu Akleh ressuscite la mémoire de toutes ces victimes tombées sans faire de bruit