in

L’attaque d’un hôpital pour enfants à Gaza

L’association « Defense Children International » rapporte un fait très grave passé inaperçu fin décembre dernier… entre deux réveillons. Des avions de combat israéliens ont lancé cinq missiles sur la ville de Gaza, endommageant un hôpital pour enfants, une école, un centre pour personnes handicapées et plusieurs bâtiments résidentiels.

«Les explosions ont provoqué une grande stupéfaction parmi les enfants malades de l’hôpital», indique le Dr Majed Hamada, directeur de l’hôpital pour enfants de Mohammad Al-Dura. «L’explosion a brisé dix fenêtres», a-t-il ajouté. Aucun patient ni aucun membre du personnel n’a été blessé.

«J’allais apporter des médicaments aux enfants quand j’ai vu le ciel devenir rouge», a déclaré Eman Bilal, infirmière à l’hôpital. «Après cela, nous avons entendu l’énorme explosion qui a secoué le bâtiment et brisé les fenêtres. Tout le monde à l’hôpital a paniqué, les parents ont eu peur, ils ont porté leurs enfants malades dans leurs bras et ont couru vers des chambres plus sûres».

L’utilisation d’armes explosives par les forces israéliennes dans des zones civiles densément peuplées de la bande de Gaza cause fréquemment des « dommages collatéraux ».

Publicité
Publicité
Publicité

Bien qu’aucune victime ne soit à déplorer ici, les forces israéliennes considèrent régulièrement les infrastructures publiques palestiniennes dans la bande de Gaza comme de possibles cibles, endommageant et détruisant des installations essentielles telles que des hôpitaux et des écoles.

Peu de temps après cette attaque de missiles, en janvier, une énorme explosion dans le nord de la bande de Gaza a détruit un immeuble résidentiel, endommagé plusieurs bâtiments publics et blessé 18 enfants palestiniens. L’explosion a touché le toit d’un immeuble résidentiel de trois étages dans un quartier densément peuplé de Beit Hanoun.

Les enfants palestiniens de la bande de Gaza sont de plus en plus vulnérables et risquent de mourir et d’être blessés en raison des offensives, attaques et incursions militaires israéliennes répétées, ainsi que de la violence, y compris des explosions accidentelles, du fait des activités des groupes armés palestiniens, qui luttent contre le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza. », déclare DCI, en concluant : « Les enfants ont le droit de grandir et de vivre sans violence, et la communauté internationale doit s’unir pour exiger une plus grande protection des enfants palestiniens. «

Publicité
Publicité
Publicité

Ayed Abu Eqtaish

Defense Children Inernational

(Traduit par Sarah V. pour Europalestine)

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Covid-19 au Liban : des députés vaccinés hors du circuit officiel

Deux cas ont été enregistrés à Alger : le variant britannique détecté en Algérie