in

L’Allemagne sous le choc des aveux d’un tueur d’enfants de réfugiés

De l’autre côté du Rhin, les aveux de l’assassin présumé du petit Elias, 4 ans, un enfant de réfugiés bosniaques porté disparu le 1er octobre et dont le corps a été retrouvé enterré dans un jardin ouvrier (photo ci-dessus), ont provoqué une forte onde de choc émotionnel, car l’homme de 32 ans, prénommé Silvio et présenté en tant qu’employé d’une société de sécurité, n’en était pas à son premier meurtre d’enfants venus d’ailleurs.

Après avoir été dénoncé à la police par sa mère qui a affirmé que son fils avait tué de ses propres mains le jeune Mohamed, âgé de 6 ans, en juillet dernier, le trentenaire, interpellé jeudi, a fait tomber le masque du tueur d’enfants en série, fortement suspecté d’être impliqué dans d’autres cas de disparitions inquiétantes, dont celui d’une petite fille de 5 ans au mois de juin, dans l’est de l’Allemagne.

Selon le porte-parole de la police berlinoise, Stefan Redlich, ces meurtres présenteraient un caractère « sexuel », sans établir, a priori, un lien entre eux, ni attacher une importance particulière aux origines des enfants assassinés, même si la police et le Parquet n'ont pas caché ne rien savoir encore des vraies motivations du criminel.

« L’homme a avoué dans la nuit avoir aussi tué Elias », un enfant disparu sur une aire de jeux au pied de son immeuble à Potsdam près de Berlin, a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police de Berlin. Ce garçonnet s'était volatilisé début octobre devant le Lageso, le principal centre d’accueil et d’enregistrement des demandeurs d’asile à Berlin.

Au cours de l’été, une grande battue avait été organisée pour retrouver le petit Mohamed, son portrait étant largement diffusé, tandis que les autorités draguaient en vain une rivière de la région du Brandebourg, dont Potsdam est la capitale. Son père l'aurait reconnu sur des images extraites de la vidéosurveillance, selon le journal Bild.

Le maire de Berlin a été le premier à se dire bouleversé par les terribles révélations du meurtrier, et notamment par l’annonce de la fin tragique du jeune Mohamed dont la recherche avait mobilisé toutes les bonnes âmes à l’échelle locale. Les centaines de bénévoles qui s’étaient relayés pour le retrouver n'ont pas tardé à lui faire écho, peinant à se remettre du choc causé par ces aveux qui anéantissement tous leurs espoirs, aussi minces soient-ils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Australie : une étudiante musulmane agressée sauvagement secourue par un jeune musulman, véritable héros du jour

Des passagers israéliens d’Iberia outrés par le mot « Palestine » prononcé par le pilote