in

La quenelle, une arme de diversion massive

Non, la France n’a pas la berlue, elle voit bien des quenelles partout, à défaut d’entr’apercevoir à l'aube de cette nouvelle année, ne serait-ce qu’un instant fugace, une éclaircie à l'horizon !

Confinée, il y a peu encore, aux seuls cercles d’initiés de Dieudonné, que certains peuvent adorer comme détester sans que Voltaire ne se retourne dans sa tombe, la désormais célébrissime quenelle doit beaucoup à l’artisan de sa surmédiatisation fulgurante, l’omniprésent ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui en a fait une nouvelle psychose dans un Hexagone anxiogène, connu pour son excès de caricature très sélectif…

En moins de temps qu’il ne lui en a fallu pour sortir du Théâtre de la Main d’Or et faire des émules au pays de la paillardise et de l’irrévérence par excellence, ce geste polysémique que plus personne n'ignore, comme l’a parfaitement décrit le chercheur Haoues Seniguer, anti-système pour les uns, anti-sémite pour les autres, ou encore irrésistiblement gaulois pour nombre de ses adeptes, devrait mettre tout le monde d’accord au moins sur un point : son extrême vulgarité qui a ringardisé le bras d'honneur et aurait mérité, à ce titre, d’être reléguée dans l’oubli.

Mais c’était sans compter l’incroyable emballement de la machine politico-médiatique dont la puissance de frappe laisse sans voix, surtout quand elle se met en branle pour faire d’une quenelle, particulièrement lucrative pour son inventeur, qui aurait pu être aisément traînée devant les tribunaux, une véritable affaire d’Etat.

Que n’aimerait-on voir cette formidable énergie déployée par le « gouvernement du changement », pour censurer Dieudonné et en faire un martyr, être mise au service du redressement de la France, de l’éradication du racisme sous toutes ses formes et de la chasse au fameux deux poids deux mesures, qui au mieux fait rire jaune, et au pire grincer des dents !

Que n’aimerait-on voir celui qui se rêve un grand destin, l’ancien maire d’Evry pour ne pas le nommer, qui ironisait en 2009 sur les rares « White et Blancos » présents sur les marchés bariolés de sa ville et qui, récemment, a fait l’objet d’une plainte du MRAP pour « provocation à la haine, la violence et la discrimination raciste » envers les Roms, s’insurger avec la même force contre l'irruption du pseudo-féminisme hystérique, dégradant et foncièrement anti-religieux des Femen, profanant tout sur son passage et notamment les églises, dont l’une des plus prestigieuses : la cathédrale Notre-Dame de Paris !

A chaque gouvernement, son scénographe de la diversion politicienne, et en l’occurrence plus la quenelle est grosse, mieux elle passe pour faire passer l’envie d’aborder les vrais sujets qui fâchent… Pendant ce temps-là, la France accablée, mais qui ne s’en laisse pas conter, est comme Saint Thomas, elle ne croit que ce qu’elle voit, et en l’état actuel des choses et de surcroît à l’approche des municipales, ses raisons d’espérer ont toutes les raisons de s’amenuiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La carte de la Palestine sur le maillot d’un club de football chilien

Valls chahuté à Rennes