in

La psychothérapie en image

Le processus psychothérapeutique est le fruit d’un « travail » mené par une ou plusieurs personne(s) (selon qu’il s’agisse d’une psychothérapie individuelle, de couple, familiale) avec l’aide d’un(e) psychothérapeute. L’objectif de ce « travail » est le changement d’une situation de souffrance, d’inconfort, de blocage(s) vers une situation meilleure, un épanouissement, une guérison totale ou partielle de nos blessures intérieures, la réinstauration d’un climat de communication serein etc.

Une métaphore pour tenter de comprendre comment ça marche :

Lorsque vous vous décidez à prendre votre téléphone pour solliciter un rendez-vous, votre cœur est un jardin en friche dans lequel vous éprouvez de grandes difficultés à vous orienter, à vous ressourcer. Si vous prenez rendez-vous en couple ou en famille, vous êtes dans le même constat en ce qui concerne votre jardin communautaire et sans doute les jardins privatifs méritent-ils également une attention particulière.

La psychothérapie relevant plus de l’homéopathie que de la chirurgie ou de la chimiothérapie, nous n’allons certainement pas prendre le risque d’utiliser un motoculteur pour tout retourner d’une fois. D’abord, parce que les envahissantes seront les premières à ressurgir, vous donnant la triste impression, proche de la réalité, de retour à la case départ. Ensuite parce que la terre ainsi mise à nu risque fort de souffrir des rigueurs de l’hiver que votre cœur traverse peut-être en ce moment. Et surtout parce qu’il ne faudrait pas étouffer les jeunes pousses des merveilleuses plantes plus délicates qui ne demandent qu’à s’épanouir dans votre cœur.

Votre jardin est entouré d’une clôture dont nous allons essayer de découvrir la nature, et d’identifier les portes d’accès. A chaque porte découverte, et avec votre accord, je tenterai d’actionner une des clés de mon trousseau. Pendant que nous contournerons votre jardin en suivant la clôture qui l’entoure, nous découvrirons déjà plein de choses et pourrons entrevoir les transformations qu’il conviendra d’envisager. Ce mûr épais, très haut et austère qui ne laisse rien passer est-il bien nécessaire ? Peut-être a-t-il eu du sens à une période de votre vie et peut-on œuvrer à le remplacer par une palissade plus légère ? Cette clôture pendouillant lamentablement à ces misérables piquets envahis de hautes herbes folles vous protège-t-elle des intrusion ? Peut-être pourrons-nous nous atteler à la remplacer progressivement par un joli muret plus à même de protéger votre intimité des regards indiscrets et des intrusions.

Petit à petit, nous ferons le tour de votre jardin. Selon votre nature, nous ferons d’abord un inventaire complet des travaux à effectuer ou nous nous y mettrons au fur et à mesure de nos découvertes. Dans tous les cas, je vous proposerai de choisir ensemble le coin de jardin qui nous semblera le mieux exposé et le plus fertile. Ensuite, nous dégagerons ce coin de ses herbes envahissantes. Comme nous aurons pris soin de déterminer un espace de taille raisonnable, nous ne nous épuiserons pas à cette tâche. Nous choisirons ensuite quelques graines d’une jolie plante facile à faire pousser et les sèmerons.

Pendant que nous continuerons nos investigations, nos travaux de jardinage, de clôture, voire de terrassement, nous prendrons soin de garder ce coin de votre jardin bien dégagé, de ne pas y laisser revenir les herbes folles, de l’arroser sans le noyer. Je vous encouragerai à prendre patience. Si vous ne voyez rien venir tout de suite, cela ne veut pas dire qu’il ne se passe rien, là, dans la magie de la terre. Et si une jeune pousse apparaît, il ne servirait à rien d’essayer de tirer dessus pour qu’elle pousse plus vite. Il vous faudra apprendre à laisser les choses mûrir.

Tout en vous aidant à cheminer dans votre jardin, il se peut que nous découvrions des obstacles qu’il nous faudra en quelque sorte contourner. Il pourra s’agir de la souche d’un arbre très ancien, peut-être planté par vos ancêtres et dont le déracinement anéantirait irrémédiablement votre jardin. Nous chercherons alors comment en tirer le meilleur parti. Une fois les ramifications bien mises en évidence, vous n’y trébucherez plus. Vous pourrez même commencer à apprécier de vous y asseoir de temps en temps pour regarder le soleil se coucher.

Il se peut aussi qu’un obstacle nous oblige à rebrousser chemin et à chercher une autre porte compatible avec l’une des clés de mon trousseau pour l’aborder par un angle plus accessible. Il se peut qu’à ce stade, j’aie utilisé toutes les clés actuellement compatibles avec les portes de votre jardin. Dans ce cas, nous chercherons ensemble un autre architecte paysager possédant des clés mieux adaptées aux portes que nous n’aurons pas pu ouvrir. Il se peut que vous décidiez de nous faire intervenir dans votre jardin en alternance ou encore qu’une période de repos favorise certaines éclosions ou permette à certains matériaux de se solidifier correctement avant de reprendre nos travaux.

Lors de notre premier contact, Il se peut qu’aucune des clés dont je dispose ne soit compatible avec les portes de votre jardin ou qu’il vous faille encore un peu de patience pour ajuster vos serrures afin de me permettre d’entrouvrir une des portes. Il se peut aussi que la nature particulière de votre jardin s’accorde mieux avec un architecte paysager muni d’un trousseau de clés de nature différente du mien.

Si vous me sollicitez en couple, nous ferons le même travail pour votre jardin communautaire, tout en gardant un œil sur vos jardins privatifs. Dans ce cas, nous ferons une thérapie de couple. Peut-être devrons-nous nous attarder dans le jardin privatif de l’un ou de l’autre ou faire appel à un autre architecte paysager pour en prendre un soin tout particulier pour que nos travaux puissent avancer. Peut-être passerons-nous alternativement du jardin communautaire à chacun des jardins privatifs, dans ce cas, nous ferons une thérapie en couple parallèlement à la thérapie de couple.

A l’issue d’une thérapie de couple, il se peut que vous décidiez de laisser votre jardin communautaire retourner à l’état sauvage. Peut-être souhaiterez-vous en garder un bouquet de fleurs séchées ou préfèrerez-vous n’en garder que le souvenir. Si vous avez des enfants, il nous faudra redessiner les contours d’un jardin communautaire parental dans lequel vos enfants pourront se sentir à l’aise.

Si vous me sollicitez en famille, vous me présenterez souvent l’un des jardins privatifs comme responsable de la contamination par des herbes folles du jardin communautaire. Plutôt que de nous focaliser sur ce jardin particulier, je prendrai soin de me concentrer sur le jardin communautaire et ses liaisons avec chacun des jardins privatifs, les contours particuliers, la nature des clôtures, des portes d’accès et de communication.

Quoiqu’il puisse se passer, vous serez toujours LE jardinier et moi l’architecte paysager. C’est vous qui serez aux commandes pour le choix final, la mise en œuvre concrète des travaux, vous qui évaluerez, sentirez dans l’intimité de votre terre intérieure quelque résistance inattendue, quelque zone fertile insoupçonnée.

De ma place un peu en retrait mais néanmoins très concernée par l’état d’avancement de vos travaux de jardinage et de terrassement, je vous encouragerai et vous guiderai. J’utilisera la vision plus globale des choses que me permet cette place particulière pour vous faire prendre la mesure du travail déjà accompli dans votre jardin, vous faire remarquer cette toute petite fleur qui pousse là alors que vous étiez concentré sur une autre parcelle. Il m’arrivera aussi d’attirer votre attention sur un aspect inesthétique, sur des herbes folles dont il faudra tenir compte pour qu’elles arrêtent de vous envahir même si sur le coup, cela risque de ne pas vous faire plaisir ou de vous donner l’envie de me fuir.

Un beau jour, vous vous sentirez suffisamment fort et en confiance pour continuer l’embellissement de votre jardin de manière autonome. Vous aurez appris à prendre le recul nécessaire pour évaluer régulièrement le travail à accomplir. Peut-être aurez-vous même envie de vous former dans l’architecture paysagère à votre tour. Peut-être ressentirez-vous le besoin de revenir vers moi de temps à autre pour vérifier, vous rassurer, me demander un conseil ponctuel pour votre merveilleux jardin ou reprendre pour un temps, un nouveau projet, un nouveau coin de jardin à embellir, soutenu par mon regard critique et bienveillant.

Que Dieu emplisse nos cœurs des fleurs les plus belles et des parfums les plus délicats.

Et Il est le plus savant.

Dominique Thewissen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Libye : les leçons de la tyrannie

Pétition du Nouvel Observateur : Jean-François Copé voit rouge devant les signatures de Tariq Ramadan et Martine Aubry