in

La police israélienne demande l’inculpation de Netanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance

Dans le collimateur de la police israélienne qui a recommandé mardi à la justice de l’inculper pour un beau palmarès crapuleux, fait de corruption, fraude et abus de confiance, Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien et grand fossoyeur de la paix au Proche-Orient, clame son innocence, balayant d’un revers de main l’idée même de démissionner, avec l’arrogance qui le caractérise.

Dans un communiqué, la police a indiqué ce mardi “qu’il existait suffisamment de preuves contre le Premier ministre pour l’inculper pour avoir accepté des pots-de-vin, pour fraude et abus de confiance” dans deux affaires qui ont demandé deux ans d’enquête.

Lors d’une intervention télévisée, Benjamin Nétanyahou s’est enferré dans ses dénégations. “Notre gouvernement terminera son mandat et je suis sûr qu’aux prochaines élections (en novembre 2019) j’obtiendrai de nouveau votre confiance”, a-t-il martelé, les traits du visage crispés, en s’adressant aux Israéliens. “Ces recommandations n’ont aucune valeur juridique dans un pays démocratique”, a-t-il ajouté.

Dans le premier des deux scandales qui l’éclaboussent, le boucher de Gaza est soupçonné d’avoir reçu des des pots-de-vin sous forme de cadeaux – par exemple des cigares de luxe dont il raffole – de la part de riches personnalités comme James Packer, milliardaire australien, ou Arnon Milchan, producteur israélien à Hollywood.

La valeur totale de ces présents a été chiffrée par les médias à des dizaines de milliers de dollars.

La police considère également qu’il y a eu corruption dans le cadre d’un accord secret qu’il a tenté de conclure avec le propriétaire du Yediot Aharonot, Arnon Moses, pour une couverture favorable de la part de ce journal, le plus grand quotidien israélien payant. La police a recommandé l’inculpation de M. Moses pour corruption.

La décision de mettre officiellement en examen Benyamin Netanyahou, 68 ans, dépend maintenant du procureur général Avishaï Mandelblit, dont l’arbitrage ne sera rendu que d’ici à plusieurs semaines. A quand son inculpation pour crimes de guerre et contre l’humanité dans une Palestine illégalement occupée et opprimée dans le sang ?

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Un ancien président d’Israel a fait de la prison pour je ne sais plus quoi, alors Netanyahou peut en faire aussi. C’est un état de droit.

    C’est dommage que dans les pays musulmans, l’exemple ne soit jamais suivi.

    Les corrompus à tous les niveaux de la société n’ont pas l’air de craindre beaucoup pour leur salut… Sont-ils croyants ?

  2. Ah oui… Ca fait rêver hein !? Si il est coupable, il doit payer. La loi est appliquée dans les pays civilisés. Ca vous fait rêver n’est ce pas ? Un pays civilisé…

  3. Vite! Que l on ne parle de lui qu à travers la justice… Ça l’ occupera au lieu de favoriser l occupation de ce qu il reste de la Palestine, que l étau de la justice se resserre sur lui comme son gouvernement etouffe les palestiniens, qu il croupisse en prison comme le sont tant de femmes, d enfants et d’hommes palestiniens. On a le droit de rêver !!! Non????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ahed Tamimi : les juges israéliens ordonnent le huis clos lors de l’ouverture de son procès

Une institutrice marocaine égaye l’hiver de ses petits élèves