in

La mère d’un prisonnier palestinien meurt avant de voir son fils libéré le même jour

“Le prisonnier libéré de Naplouse, Kamel Khatib est sorti de prison ce vendredi 11 janvier 2019. Il a été libéré après 16 ans de détention dans les prisons israéliennes et est allé directement à l’hôpital pour voir sa mère malade, mais elle est morte une heure avant l’arrivée de son fils”, rapporte Ziad Medoukh (1).

Ziad Medoukh souligne ainsi la douleur des familles de prisonniers politiques palestiniens.

“Combien de parents de prisonniers palestiniens sont morts avant de voir leurs enfants toujours enfermés derrière les barreaux de l’occupant ?”, demande-t-il.

Publicité

“La cruauté de l’occupant n’a pas de limite. Mais la lutte continue jusqu’à la libération de tous nos prisonniers palestiniens ! Après le combat viendra la liberté. Et la justice finira par vaincre !

Vive la résistance !”

Ziad Medoukh

CAPJPO-EuroPalestine

Publicité

(1) Poète et écrivain, Ziad Medoukh est également  professeur de français palestinien. Responsable du département de français de l’université Al-Aqsa de Gaza, et coordinateur du Centre de la paix de cette université. Il a terminé ses études de didactique du français à l’université de Paris VIII où il obtint en 2009 un doctorat en Sciences du Langage. Il est l’auteur de nombreuses publications concernant l’enseignement du français en Palestine et aussi la non-violence.

Il est très attaché aux principes de la démocratie, de la liberté, des droits de l’homme et de la Francophonie, Ziad Medoukh a été fait Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques de la république française en 2011. Il est le premier citoyen palestinien à obtenir cette distinction.
Conférencier infatigable sur Gaza et la Palestine, il multiplie, surtout en France et en Europe, et autant qu’il le peut, les rencontres avec les associations et les réseaux de jeunes, chaque fois que ses activités académiques et professionnelles lui permettre de franchir les frontières de Gaza.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Nous sommes musulman , nous appartenant Allah … La paix soi sur cette pauvre femme qui ait morte sans voire son fils … a Allah nous appartenant vers lui nous retourneronts , la paix soi sur cette femme.

    • Pourquoi est vous dans la provocation ?
      La douleur de perdre un être cher transcende religions et politiques.
      je ne comprends pas pourquoi les modérateurs de ce site, ne suppriment pas des messages de ce type, qui ne font que dans la provocation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

L’homme : soumis à Dieu ou à ses passions ?

Tunisie : les espoirs broyés d’un peuple, 8 ans après la révolte de Sidi Bouzid