,

La FIFA autorise le port du voile

Ouvrir la voie à la réduction de préjugés rigides et tenaces, contre vents et marées, on n’en attendait pas moins du sport, et en l’occurrence du sport roi, pour se tenir vaillamment au-dessus de la mêlée et imposer sa règle du jeu de la main tendue vers l’altérité.

A travers le feu vert très attendu de la Fédération internationale de football (Fifa) en faveur du port du hijab, l’idéal sportif, plein de noblesse, s'illustre par un beau geste respectueux de la différence, balayant l’hostilité anti-voile qui se réclame du féminisme et qui, paradoxalement, au nom de la dignité de la femme finit par exclure une partie de la gent féminine des pelouses internationales de football.

Se tenant vent debout contre des schémas de pensée dominants qui foulent tous les terrains, et qui se sont déjà insurgés contre le foulard de l'ostentation ou du prosélytisme dans une lettre ouverte à Joseph Blatter, président de la Fifa, signée par des associations féministes telles que la Ligue internationale des femmes, Femix'sports et la Coordination française pour le lobby européen des femmes (Clef),  la Fifa a annoncé jeudi que le port du voile a été adopté à l’unanimité par l’International Football Association Board (Ifab).

Cette mesure, qui sera soumise à une période d'essai, avait fait l’objet d’une requête de la part de la Confédération asiatique (AFC) et du  prince Ali Bin al-Hussein de Jordanie, un des six vice-présidents de la Fifa. "Les réserves médicales et sur la sécurité ont été supprimées pour le port du voile et la mesure est donc approuvée", a déclaré Jérôme Valcke, le secrétaire général de la Fifa, en conférence de presse.

Courant novembre, il reviendra à l’Ifab  de déterminer la couleur, le stylisme et la nature même des voiles, dans le cadre d’une réunion plénière qui se tiendra à Glasgow, en Ecosse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *