in

La conversion à l’islam d’une popstar malaisienne dans la frénésie médiatique

Elle s’était fait un prénom sur la scène musicale de la pop, la chanteuse malaisienne Stacy F, 25 ans, aux quatre albums à succès, répond désormais au nom musulman de Oum Syaikhah Stacy Binti Anam, après avoir récemment embrassé l’islam et être apparue revêtue d’un hijab, confirmant ainsi la rumeur persistante qui courait depuis un certain temps sur le Net et dans les salles de rédaction.

"Oui, je me suis bien convertie à l'islam et ce fut le plus beau jour de ma vie", a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse très attendue et ultra-médiatisée, en présence de ses parents, en ayant une pensée particulière pour ses fans dont elle compte sur la compréhension et le respect pour son inclination du cœur.

"J’étais chrétienne auparavant, et je suis désormais musulmane. Ceci est une affaire de cœur, et je n’ai fait qu’écouter le mien. Je souhaite que tout le monde respecte mon choix, et vous pouvez continuer à m’appeler Stacy", s’est-elle justifiée, le visage éclairé par un large sourire que rien ne saurait effacer, hormis le doute subsistant qui entoure la sincérité de sa quête de sens, l’associant à son futur mariage avec un célèbre acteur de la télévision malaisienne, Akim Ahmad.

Que l’on puisse remettre en cause la profondeur de son élan spirituel est insupportable à l’ex-popstar, qui fronce alors les sourcils pour opposer son plus cinglant démenti à ce nouveau bruit qui s’est répandu comme une trainée de poudre : "Tout cela est faux. Akim et moi n’avons même pas encore fixé une date pour nous marier", a-t-elle rétorqué aux colporteurs de ragots, en ajoutant avec une émotion réelle dans la voix : "Etre un musulman est une énorme responsabilité. Il y a beaucoup de choses que je dois apprendre, et c’est précisément mon objectif aujourd’hui : devenir une bonne musulmane d’abord, parfaitement accomplie, avant de penser au mariage."

Oum Syaikhah Stacy Binti Anam, alias Stacy F dans une vie antérieure emportée par le tourbillon de la célébrité fulgurante, fascine encore les foules, et peut-être même plus qu’avant à son grand regret, les images volées de la Shahada et aussitôt divulguées sur les réseaux sociaux l’ayant beaucoup affectée.

C’est sur Twitter, exutoire de sa colère teintée de dépit, qu’elle s’est épanchée en finissant par pardonner à celui qui a violé son intimité et désacralisé un moment d’une grande intensité qu’elle a vécu comme suspendu dans le temps : "Si vous éprouvez le  le moindre respect pour quelqu'un, je vous en conjure arrêtez de partager et de commenter la vidéo qui a été enregistrée et diffusée sans mon autorisation. La vie privée d'une personne doit rester privée", a-t-elle écrit en faisant part de l’abattement qui s’est emparé d’elle, à mesure que le buzz autour de la cérémonie de sa conversion affolait la Toile.

Si cela n’avait tenu qu’à elle, loin de la frénésie et du voyeurisme de l’agora virtuelle, Oum Syaikhah Stacy Binti Anam aurait nettement préféré garder la pleine maîtrise de l’agenda médiatique pour annoncer son islamité en douceur, à la fois aux siens, à son public et à l'ensemble de ses concitoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Chine veut devenir un géant du halal

Deux journalistes français interpellés. Ils sont soupçonnés d’ avoir essayé de faire chanter le roi du Maroc (vidéo)