in

La CIA avait-elle un agent double danois au sein d’Al-Qaïda ?

Un Danois, ancien partisan de l’islam radical, au cœur névralgique d’Al-Qaïda, c’est le récit d’une infiltration hors du commun, celle de Morten Storm métamorphosé en taupe de la CIA qui a espionné des années durant la nébuleuse islamiste, jusqu’à remonter la piste de son idéologue en chef dans la péninsule arabique, Anwar al-Awlaki, lequel a péri dans une attaque de drone américain.

Celui qui se présente comme un agitateur extrémiste repenti, reconverti en agent double, sort aujourd’hui de l’ombre, laissant tomber le masque auprès du journal danois Jyllands-Posten. Il décrit avec force détails comment s’est opérée sa transformation sous la houlette des services de renseignement danois (PET), qui l’ont modelé en parfait espion à la solde de la CIA, prétendant même que Barack Obama en personne connaissait son nom.

Ayant noué une grande proximité avec sa cible Anwar al-Awlaki, Morten Storm affirme qu’il a adressé au prédicateur d'Al-Qaïda, lié à plusieurs complots terroristes américains, une clé USB contenant un système de dépistage qui fut à l’origine de sa perte, puisqu’elle a permis à un drone américain de le tuer en septembre 2011.

Parmi le flot de preuves pour étayer ses dires, se trouvent des lettres qui attesteraient de ses échanges épistolaires avec Anwar al-Awlaki, ainsi qu’un enregistrement secret d’une conversation qu’il aurait eue avec des agents des services de renseignement danois et un officier de la CIA dans un hôtel de luxe au Danemark, en octobre 2011.

Au cours de cette conversation privée, l'agent présumé de la CIA, répondant au prénom de Michael, confirme que Storm travaille bien pour le compte du PET et de la CIA, et que le président américain est au fait de sa mission. Toutefois, ce dernier assure que Anwar al-Awlaki a perdu la vie dans le cadre d’une mission menée en parallèle, et non consécutivement au travail de collecte d'informations de Morten Storm.

Islamiste radical officiant au Royaume-Uni dans le milieu des années 2000 et ayant participé à plusieurs rassemblements anti-américains, où il fut certainement repéré, Morten Storm précise qu’il a été retourné par les services secrets danois en 2006.

Sa mission l’amènera au Yémen à plusieurs reprises, afin de gagner la confiance de l’homme à abattre, Anwar al-Awlaki, ce dont il s’acquitta avec succès puisque la grande figure d’Al-Qaïda lui demanda, entre autres services, de faire du shopping pour sa femme en Europe et de lui acheter des vêtements, toute une gamme de shampooings occidentaux, des déodorants, des confiseries, et des parfums de Dolce et Gabbana. Storm précise que toutes les communications avec Awlaki, même quand il s’agissait de simples futilités pour complaire à son épouse, étaient cryptées et stockées sur des clés USB.

Dans une récente déclaration, la tête pensante des services de renseignement danois (PET), en expert de la langue de bois, n’a pas confirmé publiquement les informations très sensibles divulguées par Morten Storm, mais ne les a pas démenties non plus. "La vocation du PET n’est pas de s’engager dans des opérations de soutien visant à éliminer des vies civiles. Par conséquent, le PET n'a pas pris part à l'opération militaire qui a conduit à l'assassinat d'Anwar al-Awlaki au Yémen", stipule son communiqué officiel.

De son côté, la CIA opte pour le silence, se refusant à commenter les assertions de Morten Storm, lequel se dit fier du travail accompli, souhaitant maintenant aller de l’avant. Il a par ailleurs ajouté qu’il aurait escompté une marque de reconnaissance de la part de ses employeurs pour son engagement dans la lutte contre le terrorisme, tout en étant heureux que sa famille sache enfin ce à quoi il avait œuvré pendant ces dernières années.

L’ancien activiste islamiste danois, qui s’est glissé dans la peau d’un indicateur au service de l’impérialisme américain tout en faisant illusion auprès d’Al-Qaïda, est-il réellement crédible ou se fait-il le héraut d’une histoire à dormir debout ?

Pour Bruce Riedel, ex-officier de la CIA et collaborateur de The Daily Beast, l’aventure de Storm dans l’antre d’Al-Qaïda et de l’espionnage est tout à fait plausible : "Cette histoire est cohérente et reflète bien la manière d’infiltrer  un groupe terroriste comme Al-Qaïda", a-t-il déclaré à la chaîne ABC. "Vous avez besoin d’une recrue qui soit vraisemblable. C’était la taupe idéale, et notamment pour se fondre à  l'intérieur des installations d'Al-Qaïda."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les hommes intensifient la lutte contre le harcèlement sexuel en Egypte

Les pays arabes à la rescousse de l’Unesco à la dérive