in

La beauté de Gaza et la lutte vues d’en haut

Dans cette vidéo, on peut admirer la Bande de Gaza vue d’en haut : pas depuis un avion de l’armée israélienne, mais grâce à la caméra du drone de Soliman Hijjy, photographe aérien de 31 ans sur le territoire. « J’ai commencé à faire des photographies aériennes pendant la guerre de 2014 d’Israël contre Gaza. Nous avons enregistré l’étendue de la destruction causée par Israël lors de son dernier assaut sur Gaza », a dit Hijjy à The Electronic Intifada.

Au cours des 51 jours d’attaques sur Gaza cet été là, Israël a tué en moyenne 11 enfants par jour. Quand la Grande Marche du Retour a commencé en mars 2018, Hijjy a alors entrepris de documenter aussi les crimes d’Israël à la frontière entre Israël et Gaza.

Il dit que la photographie aérienne « a joué un grand rôle dans l’enregistrement des événements » et « a attiré l’attention sur les manifestations et la question palestinienne ». Au moment exact où Israël vise les reporters au sol, les photographes aériens font eux aussi face à des obstacles importants.

Publicité
Publicité
Publicité

Israël interdit les dits “objets à double usage” à Gaza sous prétexte qu’ils pourraient avoir des objectifs militaires. La liste comprend des fournitures médicales, les jumelles, plusieurs sortes de caméras, les équipements GPS et beaucoup d’autres produits de base. « Partout ailleurs dans le monde, les gens ont le droit de sortir leur caméra et de prendre des photos, sauf nous », a dit Hijjy à The Electronic Intifada. Il affirme que l’occupation israélienne est le plus gros obstacle à la liberté des journalistes. Grâce à son travail de photographe, Hijjy veut aussi faire connaître la beauté naturelle de la ville de Gaza, « mettre en évidence la vie normale, même si nous mettons en valeur les circonstances politiques, la destruction et le blocus », dit-il.

« Les gens veulent voir ce qui est beau à Gaza, montrer que Gaza est pleine de vie et qu’elle est magnifique, mais que sa réalité politique, le blocus israélien et l’occupation sont ce qui ternit sa beauté. » Hijjy espère un jour prendre des photos dans d’autres villes palestiniennes, dont Jérusalem, Jaffa et Acre.

Vidéo produite par Amjad Ayman Yaghi, montage de Jaber Badwan, enregistrement fourni par Soleiman Hijjy et édition réalisée par HQ Company, dirigée par Hijjy.

Publicité
Publicité
Publicité

Source : The Electronic Intifada

Traduction J. Ch. pour l’Agence média Palestine

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

France: dérogation pour se rendre aux mosquées pour la prière du matin 

La LICRA indignée par un tweet de Rokhaya Diallo : “Tant qu’on les caresse dans le sens du poil et qu’on chante les louanges de la France, ils nous adorent“