in

Indonésie : des professeurs de Coran auteurs de violences sexuelles sur leurs élèves

La presse indonésienne a révélé ces derniers jours plusieurs cas de violences sexuelles à l’encontre de mineurs dont les auteurs sont des professeurs de Coran. La première affaire a éclaté à l’Est de Jakarta  avec un enseignant âgé de 54 ans,  marié qui a abusé sexuellement  et mis enceinte  une mineure de 15 ans. Interpellé par la police, il a reconnu les faits. A Temanggung, dans la province de Java-Centre, un dénommé Nurokhim  a agressé sexuellement six adolescents. Des agressions qui avaient à chaque fois lieu  après les cours de Coran qu’il dispensait.  Le professeur demandait à un de ses élèves de rester après la classe pour l’aider à la nettoyer.

A Ternate,  île  située dans l'Est de l'Indonésie, Akhmad Basir, enseignant de 56 ans dans un pensionnat islamique, a été arrêté pour avoir forcée  cinq de ses élèves  a  avoir des relations sexuelles avec lui.   A Cakung,  à l’Est de Jakarta, Abdul Aziz Salam,  professeur de Coran a violé quinze  de ses élèves entre  décembre 2012 et  à avril 2013.  Enfin Mohammed Firman , 25 ans, professeur de Coran à la mosquée de Tangerang  est  accusé  d’avoir violée une fille de 14 ans. Ce viol a été découvert par la soeur de la victime qui a lu par hasard son journal intime dans lequel  elle décrivait les scènes de  viol.

Ces révélations dans la presse indonésienne  visent à briser le tabou du viol dans ce pays. En 2012, la  Commission nationale sur les violences a indiqué dans son rapport annuel que  chaque jour, "vingt  Indonésiennes  étaient victimes de violence sexuelle". Les  associations qui luttent contre ce fléau appellent à revoir la législation  qui demeure  inadaptée. Elle  ne permet  pas  en effet de traiter comme il se doit les victimes de violence sexuelle,  qui souvent ne sont pas reconnues  et comprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La France arabo-orientale

Comment la civilisation marchande tire profit de la frustration (vidéo)