in

Hommage à Rachel Corrie, la militante de la paix assassinée à Gaza en 2003

Fauchée mortellement en pleine jeunesse pour avoir cru passionnément en un idéal, celui de la paix, particulièrement au Proche-Orient, dans la prison à ciel ouvert de Gaza, l’étudiante américaine Rachel Corrie, engagée sous la bannière de l’organisme « International Solidarity Movement » (ISM), laisse derrière elle un souvenir lumineux que le temps n’efface pas.

Il y a 18 ans de cela, au cours d’un 16 mars 2003 funeste, la valeureuse jeune femme originaire de l’Etat de Washington, très sensibilisée à la souffrance du peuple palestinien au point d’avoir choisi de consacrer une année sabbatique à l’entraide humanitaire sur le terrain, au cœur d’une enclave martyre, perdait la vie. Elle était écrasée sous les roues impitoyables d’un mastodonte de l’Etat d’apartheid : un bulldozer Caterpillar D9 de l’armée israélienne.

Publicité
Publicité
Publicité

Avec pour seules armes son courage, ses convictions profondes et le mégaphone à travers lequel elle exhortait le rouleau compresseur israélien à stopper net, avant de commettre l’irréparable (à savoir la démolition de la maison d’un médecin gazaoui), Rachel Corrie, 23 ans, s’était dressée devant cet engin semeur de malheurs, et son conducteur sans pitié, offrant alors à la vue un contraste des plus saisissants : sa frêle silhouette lui a fait face jusqu’à l’ultime instant, sans jamais trembler, ni reculer.  

Pour ne jamais oublier le sacrifice de Rachel Corrie, mais aussi de trois autres jeunes fervents militants pro-palestiniens – les Britanniques Iain Hook, Tom Hurndall et James Millar, tous abattus par des soldats israéliens durant l’année noire que fut 2003 pour le mouvement ISM – nous rediffusons la vidéo ci-dessous en hommage à ces vaillants combattants de la paix venus d’Occident, disparus trop tôt et tragiquement.

La fondation Rachel Corrie a vu le jour dans l’Etat de Washington, afin que perdure et s’intensifie la lutte pour la vérité, la justice et l’égalité des peuples, et notamment pour que Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est soient enfin libérées du joug du sionisme et de l’oppresseur israélien.

Publicité
Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Sur Europe1, Mélanie Luce, présidente de l’UNEF, définit ce qu’est l’islamophobie

Vers l’interdiction de l’abattage de volailles Halal?