in ,

Forte mobilisation pour les assises territoriales de l’islam dans le Bas-Rhin

Voulues par le président de la République et placées sous l’égide du ministère de l’Intérieur, les assises territoriales de l’islam qui se sont tenues hier, mardi 4 septembre, dans le Bas-Rhin, ont fait salle comble, pour la plus grande satisfaction de Jean-Luc Marx, le préfet de la région Grand Est et du Bas-Rhin, chargé de les organiser.

Dans un communiqué officiel, ce haut fonctionnaire de l’Etat s’est félicité que cette initiative, s’inscrivant dans les réflexions nationales et locales sur la « place, l’organisation et le financement de l’islam », ait démontré son bien-fondé en attirant un large public, avec au premier chef, les responsables du culte musulman, auxquels se sont joints de nombreux parlementaires ou leurs suppléants, ainsi que des représentants des collectivités territoriales.

 

 

 

 

Devant cet auditoire qui était tout ouïe et désireux d’apporter son éclairage, parmi lequel figuraient « toutes les sensibilités religieuses qui concourent à l’organisation de l’islam de France, de nombreuses mosquées du département, plusieurs associations qui œuvrent à l’intégration et au dialogue inter-religieux, ainsi que des membres de la société civile », sans oublier une importante délégation de l’Université de Strasbourg qui a « apporté ses compétences dans les domaines du droit des religions et de l’islamologie », comme on pouvait le lire sous la plume du préfet,  trois thèmes majeurs ont été abordés :

la gouvernance des lieux de culte et le financement de l’islam ;
la formation des cadres religieux et la formation des acteurs publics du territoire dans les domaines éducatifs, sociaux, culturels et sportifs, tant pour les agents du terrain que pour les cadres des administrations publiques et des associations ;
l’organisation et la représentation du culte musulman dans les territoires avec une préférence marquée pour une représentation au niveau départemental.

C’est sur une note positive, conforté par le caractère constructif et le succès de fréquentation de cette grande concertation sur la deuxième religion de France, que le préfet a conclu son compte-rendu : « Ces assises sont un jalon dans les efforts d’organisation de l’islam bas-rhinois. Elles constituent aussi un point de départ pour des groupes de travail qui poursuivront les débats et formuleront des propositions pour contribuer « au cadre et aux règles » demandés par le Président de la République ».

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Islam Bas-Rhinois maintenant. Objectivement, on n’est plus dans la laïcité, il y a un statut exceptionel du culte Musulman qui se trouve soumis à l’état Français et à la gouvernance. Je ne m’en soucierais pas si seulement le culte Musulman était traité avec le même respect par exemple que le culte “témoins de Jéovah”, surveille-t-on aussi sourcilleusement les témoins ou les évangélistes qui ouvrent ou ferment à leur gré des églises informelles? Je rappelle à tout hasard, que le droit d’association libre existe, en théorie, les Musulmans peuvent se soustraire à ces règles stupides et arbitraires, dérogatoires au droit commun et au principe central d’égalité en les contournant ainsi. Va-t-on bientôt verser la zakat entre les mains de la gouvernance Française? Trop peu pour moi.

    La laïcité devrait sinifier indifférence du gouvernement eu égard aux cultes et idéologies, bon enfin, la définition de la laïcité est pour moi la suivante :

    “égalité citoyenne sans égard aux appartenances confessionelles et/ou philosophiques”.

    Or, en France il y a un semi-confessionalisme qui ne dit pas son nom, avec une hiérarchie entre les confessions auxquelles on ne marque pas le même égard. Il y a même une déférence très marquée avec des organisations occultes genre loges Massoniques qui sont souvent maffieuses, agissant à l’insu du grand public, se partageant les bénéfices secondaires par cooptation interne. Sans parler du CRIF devant qui la gouvernance Française comparaît chaque année ou plusieurs fois par an. Un autre jour, après avoir vendu de l’Islam made in France pour satisfaire en réalité des pulsions et humeurs anti-Musulmanes, un autre jour, selon le hasard des gouvernements, qu’y aurait-il de surprenant à l’interdiction du culte Musulman et de la prière collective? Si ça arrivait un jour, ce sera parce qu’entr’autre nous aurons fléchi dans la défense de notre droit total à la liberté de culte et à l’égalité avec tout autre culte. Notre défaitisme nous perdra.

    Notez le ton louangeur de l’article qui traduit bien la satisfaction de l’auteur et du site, donc une certaine ligne éditoriale, le site de la oumma se démasque bien, enfin!

    Croissant de lune.

    • ” Notre défaitisme nous perdra”

      Hélas pour vous, à la différence de tous les pays musulmans, ici l’islam ne peut pas être religion d’état. Nous sommes un pays laïc.

    • Bonjour,

      Alors, pour info, les cultes Evangélistes ainsi que les témoins de Jéhovah sont surveillés, et même infiltrés (certains temples le sont, et pas gratuitement, mais quand il y a des doutes fondés).
      Ne vous inquiétez pas pour cela, sachant que l’essentiel des faits “majeurs” revenant de ces univers concernent essentiellement des phénomènes de gestion défaillante (ex: le pasteur qui refait sa maison avec les deniers du culte) ainsi que des pratiques “paramédicales” ( des pseudo exorcistes qui vous guérissent du cancer par des invocations et des gesticulations), ce qui constitue un abus de faiblesse, un exercice illégal de la médecine et une mise en danger de la vie d’autrui.

      Dans les mosquées placées sous surveillance on retrouve les même choses, avec, en plus, des constitutions de proto cellules terroristes, ce qui est un phénomène autrement plus grave que ceux précédemment cités.
      Accordez moi le fait que, à ma connaissance, on a jamais vu de témoin de jéhovah foncer dans une foule avec un camion ou tuer à leur domicile deux policiers sous les yeux de leur enfant (je ne fais pas la liste de toutes les exactions commises par des musulmans, cela vous braquerais et ne serait donc pas très constructif).

      Donc OUI, il y a plus de surveillance dans les mosquées, tout simplement parce que celles ci peuvent générer un trouble à l’ordre public bien plus important qu’une fraude fiscale ou un pseudo “soin divin”. Si vous considérez que c’est du racisme et bien c’est que vous n’avez pas compris grand chose au travail d’une police qui… fait son travail en surveillant les lieux où le risque se créé.

      Ensuite, si vous lisez les travaux sur la laïcité tenus à l’époque, vous remarquerez que celle ci repose sur deux pilliers:
      – pas d’intrusion du phénomène religieux dans les affaires étatiques
      – et pas de signe d’appartenance visible dans le domaine public (l’adage qui résume le mieux ce point est “juif/muslim/chrétien à la maison, français dans la rue”) ceci afin de ne pas offrir de signe distinctif à aucun groupe particulier, évitant ainsi les rancoeurs et la communautarisation qui ont occasionnées des siècles de guerres religieuse dans mon beau pays.
      Je sais qu’aujourd’hui chacun a sa définition de la laicité et que pour vous cela correspond à “je fais ce que je veux parce que j’en ai le droit” mais la réalité est toute autre, et les réactions des autochtones devraient vous indiquer que votre interprétation n’est pas la bonne.

      Pour autant, la discrimination populaire est relative! J’ai parfois vu des bonze se promener en toge orange à Paris, sous le sourire des gens qui les croise (sourire curieux et bienveillant) alors que la réaction est toute autre pour les barbus en djellaba, les femmes en Niqab, tout simplement parce que la réalité de ce phénomène religieux (musulman) est très différente dans son expression quotidienne, et cela est aussi inévitable que la difficulté qu’aura nu juif à marcher dans les rues d’Alger avec une Kippa sur la tête: parce qu’il rappelle un souvenir indélicat aux algérois qui le croise.

      Je vous rejoins sur le dîner du CRIF, et trouve hallucinant que nos politiques s’y précipitent!!! tout comme je trouve hallucinant qu’Anne Hidalgo invite les muslims à rompre le jeune à la mairie de Paris tout en critiquant les sapins de noël comme une marque de prosélytisme religieux (si cette dame avait un cerveau, elle saurait que le sapin est un reste de culte Païen marquant le passage du solstice d’Hiver).

      Maintenant, l’égalité citoyenne existe car il n’y a, à ma connaissance, aucune règle de droit interdisant aux adeptes d’une religion d’accéder à telle ou telle fonction.

      En revanche, il y a aussi une réalité pratique qui veut que, lorsqu’une personne se rend quelque part avec, par exemple, une Kippa, ou un voile (les chrétiens ont des signes en général plus discret, de l’ordre du pendentif par exemple), alors cette personne présente immédiatement sont penchant religieux, marquant ainsi sa définition d’elle même de ce fait central qui est inévitablement lié au ressenti de la population sur les attendus de cette définition personnelle.

      Par exemple, lorsque vous bossez dans la restauration, et qu’une femme voilée postule, le recruteur se demandera: “acceptera t-elle de cuisiner du porc? de porter la tenue mise à sa disposition par le restaurant? sera t-elle aussi efficace pendant le ramadan? et si je décide de me séparer d’elle pour un motif légitime, va t-elle m’intenter un procès en discrimination? et mes clients, que vont -ils penser de cette marque religieuse?”.

      Vous pouvez considérer ces questions comme “racistes” ou “islamophobes”, mais se sont les vrais questions que se posent les employeurs qui n’osent plus les poser en public de peut de se faire sauter dessus par des associations communautaires voir de se faire brûler la boutique suite à un “buzz sur twitter”.

      Pour conclure, rassurez vous, “l’islam de France” n’existera jamais car il n’y a qu’un islam, et il s’affranchit des règles de l’Etat de droit, même si vous prétendez que l’islam vous recommande de suivre les règles du pays dans lequel vous séjournez, c’est une règle transitoire à l’instauration de la Chariah.
      Il n’y aura jamais qu’un islam, irréformable, et qui ne sera jamais assimilé par l’inconscient collectif des peuples européens, c’est la raison pour laquelle cette aventure “oecuménique” est en train de virer, et finira immanquablement très mal.

      Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Tunisie nomme sa première femme présidente d’un club sportif

Perpignan: suspicion d’un cas de choléra dans un avion en provenance d’Algérie