in

Fillon sur l’islam : “Il faut qu’on se calme”

En visite en Tunisie jeudi et vendredi, l’ex-Premier ministre a donné un entretien au Journal du dimanche. Il  notamment abordé la question du fondamentalisme islamique:  “On a tendance en France à penser que les problèmes du fondamentalisme islamique sont des problèmes de la société française. Mais ceux qui ont assassiné les gens de Charlie Hebdo, on les a entraînés, on les a financés”, souligne-t-il. C’est pourquoi il met son camp en garde contre une “surenchère” sur les questions de l’islam et de la laïcité. “J’essaie de ne pas me laisser entraîner dans un débat émotionnel où on réagit sous la pression des islamistes. Aujourd’hui, on rentre dans leur jeu”, s’inquiète-t-il, installé sur la terrasse de son hôtel entre deux rendez-vous avec des officiels tunisiens – le président Béji Caïd Essebsi le recevra plus d’une heure. “Ce n’est pas notre société qui génère ces difficultés. C’est un problème de manipulation par des groupes extérieurs à la société française. L’objectif des islamistes, c’est de créer un climat de guerre civile en Europe, de monter les communautés les unes contre les autres. Quand une gamine fait de la provoc et que cela crée un débat national, on fait leur jeu. Il faut qu’on se calme!”

François Fillon a également réagi à l’affaire  de Charleville-Mézières  ou une élève s’est vu refuser l’entrée dans son collège pour cause de jupe trop longue.  “Et on fait quoi après? On va rendre la minijupe obligatoire à l’école? Mais si vous légiférez sur les jupes, elles vont venir avec des gants…” Aujourd’hui, “nous avons une législation sur le voile à l’école qui fonctionne”, tranche-t-il. Contre ceux qui, à droite, “commencent à penser qu’il faut tout interdire”, François Fillon plaide pour davantage de “liberté” et de “responsabilité”. La liberté par exemple, pour les établissements scolaires qui le souhaiteraient, “d’instaurer une tenue obligatoire pour leurs élèves”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une étudiante danoise en arts culinaires forcée de goûter de la viande de porc

Polémique autour d’une église convertie en mosquée éphémère lors de la Biennale de Venise