in

La Fédération internationale de Basketball a levé l’interdiction du port du hijab

C’est un immense soupir de soulagement que doivent pousser les deux talentueuses basketteuses américaines de confession musulmane, Indira Kaljo (photo ci-dessus), 25 ans, si attachée à ses origines bosniaques, et Bilqîs Abdul-Qaadlir (photo ci-dessous), 24 ans, née dans une famille très pieuse dont elle a hérité de la foi inébranlable, puisque, désormais, plus rien ne s’oppose à ce qu’elles marquent des paniers sous un hijab spécialement conçu pour la compétition.

Sensible aux récriminations qui sont allées crescendo, au fil des mois, contre l’interdiction de jouer la tête couverte, jugée parfaitement discriminatoire par les deux étoiles montantes voilées du basket US muées en fers de lance de la contestation, la Fédération internationale de Basketball (FIBA), inondée de pétitions en ligne qui ont fait florès, notamment celle lancée en 2014 par Indira Kaljo, vient d’accéder à une requête générale pressante  : son conseil des sages a en effet décidé à l’unanimité, jeudi dernier, de mettre un terme à un règlement liberticide qui n’avait que trop duré, en brisant, sur son passage, des rêves et carrières professionnelles des plus prometteuses.

Accusée de discrimination religieuse et d’entrave à une liberté individuelle fondamentale, la FIBA a accepté de lever l’interdiction de tous les couvre-chefs, y compris religieux, qui était en vigueur depuis plusieurs années pour des raisons de sécurité, mais qui avait surtout pour effet pervers de mettre sur la touche les basketteuses musulmanes voilées, ainsi que les basketteurs Sikhs.

« Il est apparu, lors de notre réunion du conseil d’administration, que tous nos membres se sont prononcés en faveur de ce changement sans la moindre objection », s’est félicité Jim Tooley, directeur de la Fédération américaine de Basketball, en précisant que la décision de la FIBA de modifier son règlement en faveur de l’intégration du hijab s’inscrit dans la droite ligne de celles prises par plusieurs autres fédérations sportives, dont la puissante FIFA qui fait figure de pionnière en la matière.

Cet arbitrage qui cristallisait bien des attentes et l’anxiété de nombreuses basketteuses voilées, qu’elles représentent les talents de demain ou qu’elles soient déjà des valeurs sûres, ayant atteint le sommet de leur art, sera appliqué en octobre 2017.

La satisfaction de Bilqîs Abdul-Qaadir à l’annonce de la grande nouvelle :

 

2 commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maradona, nouvel entraîneur du club de football Al Fujairah aux Emirats arabes unis

Emmanuel Macron se rend compte qu’il est filmé à son insu