in

Etats-Unis : une styliste voilée se distingue dans un grand concours télévisé de mode

Tout à sa joie de faire partie des stylistes mis en pleine lumière sur le plateau de l’émission « Project Runway », l’Américaine de confession musulmane, Ayana Ife, 27 ans, exultait à l’idée de se mesurer à la fine fleur des créateurs de mode et de promouvoir, devant des milliers de téléspectateurs, la mode dite « modeste » qu’elle revisite avec talent.

Mais elle était loin d’imaginer que sa présence à l’écran allait susciter l’engouement spontané du public féminin musulman, au point de l’ériger en icône avant même de la consacrer prescriptrice de tendances « islamiquement correctes »…

Sous les feux de la rampe depuis le 17 août, date du lancement de la nouvelle saison de cette compétition faisant la part belle à la haute couture, la jeune femme, née à Brooklyn et originaire des Caraïbes, a dû se pincer pour y croire quand Heidi Klum, le célèbre top model et guest star du show, s’est exclamée devant les caméras : « Bonjour les stylistes ! ».

« Je me suis dit alors : ‘Oh, mon Dieu, ça y est, je suis dans le spectacle ! Je passe à la télévision en direct et devant l’Amérique ! », a confié la deuxième candidate musulmane à défendre ses chances lors de ce grand concours télévisé, fière de porter haut les couleurs de Salt Lake City, dans l’Utah, où elle s’est installée avec sa sœur il y a deux ans et compte de nombreux amis mormons.

« C’était vraiment l’expérience la plus folle et la plus surréaliste de ma vie ! », s’enthousiasme-t-elle, en ne cachant pas qu’elle est fortement impressionnée par l’effervescence qui s’est créée autour de sa personne sur les réseaux sociaux, alors même qu’elle n’avait qu’un seul objectif en tête en postulant à ce programme : s’en servir de tremplin pour sortir sa première collection « modeste », portant sa griffe.

Ayana Ife veut bien qu’on l’acclame et la couvre de fleurs, mais essentiellement pour la qualité de sa ligne de vêtements mariant modernité et élégance, la pudeur en plus, susceptible de plaire à son coeur de cible prioritaire, les femmes musulmanes, mais aussi à toutes les autres femmes, sans exclusive.

Hissée sur le piédestal d’ambassadrice par de nombreuses admiratrices qui se réjouissent d’être « aussi bien représentées sur le petit écran », la jeune styliste qui monte dans l’Amérique de Trump n’en est pas moins très touchée par les encouragements, les éloges et les marques d’affection qui affluent sur le Net, se disant « honorée de servir d’exemple à ses petites sœurs ». « Vivez vos rêves ! », clame-t-elle, en faisant le serment de représenter sa communauté de la plus belle manière qui soit, éclairée dans sa démarche créative par une lumière infiniment plus chaude et intense que celle des projecteurs.

Dans nos sociétés occidentales pétries de contradictions, minées par la résurgence de vieux démons et la propagation du fléau de l’islamophobie, l’industrie de la mode échappe miraculeusement à l’emprise de l’instrumentalisation de la haine, intégrant le voile dans ses collections de haute couture, faisant défiler des mannequins voilés lors de ses Fashion weeks très courues, et incitant les stylistes musulmanes prometteuses à donner libre cours à leur créativité.

L’émission « Project Runway » s’inscrit dans cette droite ligne, en offrant à Ayana Ife une chance inespérée de montrer toute l’étendue de son savoir-faire en matière de mode « modeste ». Une mode de plus en plus prisée à travers le monde qui, n’en déplaise à ses farouches détracteurs, notamment du Tout-Paris politico-médiatico-mondain, est à l’avant-garde des tendances et vaut son pesant d’or…

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. C’est quoi exactement la mode “modeste”? Est ce que ce sont juste des vêtements pas obscènes, pudiques, genre jupe longue élégante ou chemisier pas trop ouvert? Parce que si c’est ça, c’est plutôt sympa.
    Une réponse, peut être?
    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maroc : l’indignation après un viol dans un bus

L’appel du ciel : transcender les frontières de l’occupation