in

Etats-Unis : des Américaines non musulmanes portent le voile en signe de solidarité avec une femme voilée sauvagement agressée

Women gather at Bloomington cafe where Muslim woman was attacked, wearing scarves to show support & solidarity. MORE Fox 59 WXIN Indianapolis 10 & 11 tonight.Previous coverage: http://go.fox59.com/1Xg4E9Hhttp://go.fox59.com/1Xp52CN

Publié par Jill Glavan sur vendredi 23 octobre 2015

Le Sofra café situé à Bloomington, dans l’Indiana, n’avait jamais vu autant de femmes voilées se presser à ses portes en ce lundi 26 octobre peu ordinaire qui suivait un vendredi tristement inhabituel, marqué par l’agression islamophobe violente commise par un étudiant de 19 ans, Triceton Blickford, contre une mère de famille musulmane qui était attablée dans ce restaurant en compagnie de sa petite fille de 9 ans.

Sous leur voile porté en signe de solidarité avec la victime du racisme primaire et sauvage, des Américaines non musulmanes ont été nombreuses à répondre à l’appel à la mobilisation lancé par Anna Maidi, la responsable du Comité des femmes au sein du Centre islamique de Bloomington, désireuses de faire sensation pour la bonne cause avec un seul et unique message à transmettre : « Nous voulons faire savoir que toute la communauté est derrière cette femme, épouse et mère de cinq enfants, meurtrie dans sa chair et son âme, et soutient sa petite fille traumatisée, pour ne plus jamais voir ça ici ».

C’est tout naturellement sur le lieu même du crime de haine que ces clientes pas comme les autres se sont rassemblées pour dire « Non » au fléau de l’islamophobie et à ses passages l’acte d’une brutalité inouïe, tandis que le jeune agresseur, rapidement retrouvé et interpellé, est désormais sous le coup de plusieurs chefs d’inculpation allant de l’intimidation, aux injures et violences racistes, en passant par la strangulation, sans oublier la consommation illégale d’alcool pour un mineur.

Une dernière accusation dont sa mère se sert pour rejeter la faute sur son état d’ébriété, en dépit des récits accablants de sa victime, ainsi que de témoins oculaires qui se souviennent avoir sursauté quand il a poussé un véritable cri de guerre avant de fondre sur sa proie, de lui serrer le cou rageusement, tout en essayant d’arracher son hijab : « Le pouvoir aux blancs, le pouvoir aux blancs ».

Mis en fuite par le mari qui, alerté par les hurlements de son épouse alors qu’il garait sa voiture à proximité du restaurant, a couru pour la secourir, Triceton Blickford, bien que désavoué par son Université qui s’est aussitôt fendue d’un communiqué pour « blâmer un acte odieux qui n’est pas représentatif de nos étudiants, ni de la culture d’inclusion et de tolérance qui règne dans l’établissement et à Bloomington »,  continue de clamer son innocence et plaide non coupable.

Réconfortée par l’extraordinaire mobilisation de concitoyennes de toutes confessions et très touchée de les voir revêtir le voile, un acte fort et plus éloquent que de longs discours, la malheureuse cliente voilée du Sofra café a tenu à sortir du silence dans lequel elle s’était réfugiée pour panser ses plaies en s’adressant directement à son agresseur : « J’espère qu’un jour il réalisera que ce qu’il a fait est mal et qu’il sera en mesure, au lieu de nier les faits, de demander pardon ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Tunisie se mobilise pour la Palestine en hissant son étendard dans tous les collèges et lycées

Une jeune irakienne, membre de Wikipédia, consacrée par la prestigieuse Fondation Princesse des Asturies