in

Encore un autre animateur viré pour cause de Ramadan!

Désormais en France, pour être sûr de garder son poste d'animateur de colonie de vacances durant le mois de Ramadan, il faudra se promener muni d'un sandwich à la main afin de démontrer qu'on est pas en train de jeûner. Après les animateurs de Gennevilliers, c'est au tour d'un autre jeûneur de prendre la porte en pleine période d'essai . Le Bondy Blog révèle le cas de Belkacem à Cherves-Richemont dans le sud-ouest de la France : «C’est moi qui ai prévenu ma direction que j’allais faire le ramadan. Je voulais savoir comment ça allait se passer et anticiper avec elle » explique Belkacem.

Les faits rapportés par le Bondy Blog:"Embauché par l’association « Echanges et découvertes » tout avait bien commencé pour le jeune animateur, jusqu’à cette confidence. La colonie qui débutait le 9 juillet et s’est achevée le 27 juillet dernier, devait partager le calendrier avec quelques journées de ramadan : « Le soir même j’ai été convoqué par ma directrice et le coordinateur qui m’ont clairement fait comprendre que le ramadan n’était pas compatible avec l’animation en centre de vacances. Ils m’ont demandé s’il n’était pas possible que je rattrape mes journées de ramadan plus tard, ce que j’ai refusé au départ. On a essayé de trouver un compromis. Ils étaient persuadés que jeûner met en danger les enfants. Je leur ai expliqué que jamais je ne risquerai de mettre en péril leur sécurité. Je me suis engagé, dès le premier jour, à  arrêter le ramadan si je ne me sentais pas bien, quitte à le rattraper plus tard». La promesse ne rassure pas le coordinateur: «Il m’explique que si je fais un jour de ramadan j’aurai déjà mis en péril les enfants ». Le lendemain matin, Belkacem est réveillé par une collègue et convoqué de nouveau par la directrice et le coordinateur. On lui dit qu’il ne peut plus rester : « On m’a demandé de ramasser mes affaires et on m’explique que c’est le dernier jour de ma période d’essai et que je ne suis pas gardé. Le coordinateur m’accompagne à la gare me paye un billet et me dit au revoir. Je n’ai même pas eu le temps de dire au revoir à mes collègues, de leur expliquer ce qu’il se passait, mais ce qui m’attriste le plus, c’est surtout que je n’ai même pas pu dire au revoir aux enfants ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Iftar Géant devant la mairie de Gennevilliers, samedi 4 août à 20 h

Ces députés qui ignorent tout du Ramadan