in

En Israël, la fin du règne de Netanyahou n’a jamais paru si proche

En apportant dimanche son soutien au chef de l’opposition israélienne, le héraut de la droite radicale Naftali Bennett a ouvert la voie à la formation d’un « gouvernement du changement » qui pourrait faire tomber Benjamin Netanyahou, Premier ministre le plus pérenne de l’histoire d’Israël.

Mais rien n’est fait. Malgré ce ralliement de poids, Yaïr Lapid, centriste à la tête de l’opposition israélienne, a encore quatre députés à rallier pour former une coalition capable de tourner la page de l’ère Netanyahou.

Publicité
Publicité
Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. J’ignore si les choses seraient mieux avec ce premier vizir Sioniste ou un autre, j’en doute. Mais mon pressentiment, ce n’est qu’un pressentiment, c’est que les élus Arabes feraient mieux du point de vue de la cause des gens de Filastine de ne choisir personne, qu’ils réfléchissent seulement au rôle éventuellement fructueux de l’a bstention et innertie, au pire, mais je serais favorable moi à leur démission, qu’ils laissent leurs sièges vides au lieu de participer d’une manière ou d’une autre directement ou indirectement à une gouvernance Sioniste nécessairement criminelle. Voilà, j’ai dit mon sentiment et pressentiment parce que je suis sensible aux choses qui touchent aux gens de Filastine et aux affaires de la Nation Islamique dans sa totalité.

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Gaza : les vies brisées des enfants palestiniens

Ibn Rochd (Averroès), l’homme de tous les savoirs