in

Eco-agriculture : Une autre Tunisie est possible, selon “Wallah We Can”

Sur une terre de 8 hectares dans la localité de Makthar (Siliana), à 170 km au sud de Tunis, un projet d’initiation des parents en situation de précarité, à l’éco-agriculture, verra bientôt le jour. Son objectif est de garantir à ces derniers des revenus justes et stables et à la fois servir des repas sains et équilibrés à leurs enfants-élèves.

L’initiateur de ce projet n’est autre que l’association ” Wallah We Can ” de Lotfi Hamadi; une ONG qui milite en faveur l’autonomisation énergétique et alimentaire de l’internat-Collège de Makthar, lancé il y a quelques années.

La première étape de ce projet- pilote était d’autonomiser énergétiquement cet internat grâce à l’installation de 200 unités solaires (chauffes eau et panneaux photovoltaïques). Un défi relevé par l’association en attendant la prochaine mise en conformité des installations électriques par le ministère de l’Education, partenaire de l’initiative.

Publicité
Publicité
Publicité

Dans une interview accordée à l’agence TAP, Lotfi Hamadi, rappelle que l’aventure à Makthar remonte au lendemain de la révolution et à l’époque des violences policières commises contre les manifestants à Siliana en 2012. “Fraîchement revenu au pays que j’ai quitté très jeune, j’ai fait le déplacement à Siliana avec des amis pour être les témoins des événements policiers qui avaient tourmenté la scène à l’époque et nous avons par l’occasion visité l’hôpital de la région auquel nous avons fait parvenir du matériel hospitalier en guise de soutien”.

“En maltraitant l’enfance, on crée une jeunesse frustrée”

“En découvrant l’état de vétusté des internats publics, j’ai très vite compris ce qui ne va pas dans ce pays. J’ai très vite compris qu’en maltraitant l’enfance, on a créé une jeunesse frustrée, désabusée, désorientée, incapable de s’intégrer dans son pays et encore moins de l’intégrer dans le monde “.

Publicité
Publicité
Publicité

Il décide alors d’être un acteur du changement plutôt qu’un simple témoin d’une réalité pas trop reluisante et c’est ainsi que l’association “Wallah We Can” est née. Son principal objectif est de contribuer à la réhabilitation des internats et établir une certaine égalité des chances. L’association a depuis élargi son champ d’action à d’autres initiatives pour œuvrer en faveur de l’enfance et de la jeunesse en Tunisie.

Lire la suite sur Webmanagercenter

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Migrants évacués à Paris: Eric Coquerel raconte “une première charge très violente alors que tout le monde était pacifique”

Caricatures: Macron a “mis mal à l’aise” les Français à l’étranger selon Hervé Renard, actuel entraîneur de l’Arabie saoudite