in

Desmond Tutu, l’icône de la lutte anti-apartheid et fervent défenseur de la cause palestinienne, n’est plus

A la profonde tristesse qui a envahi les coeurs en Afrique du Sud, et mis en berne des milliers d’autres à travers le monde, succède aujourd’hui le deuil officiel d’une semaine décrété par le gouvernement sud-africain en mémoire de son plus illustre homme d’église, lauréat du Nobel de la paix en 1984, et dernier grand héros de la lutte contre l’apartheid :  l’archevêque de Cape Town, Desmond Tutu, mort dimanche 26 décembre, à l’âge de 90 ans. 

L’annonce du décès de l’iconique porte-drapeau de la Nation arc-en-ciel, dans une Afrique du Sud ayant brisé les chaînes de la ségrégation raciale, a déclenché une pluie de réactions émues et d’hommages poignants qui a traversé toutes les frontières, visibles et invisibles. 

Desmond Tutu, l’ancien instituteur et prêtre, s’est éteint au soir d’une existence placée sous le signe de la Résistance farouche, quasi homérique, au régime de l’apartheid, inconditionnellement rangé derrière Nelson Mandela, et dédiée à la défense des opprimés, dont il fut la puissante et infatigable voix. Ses obsèques nationales auront lieu le 1er janvier 2022.

Publicité
L’accolade chaleureuse entre Desmond Tutu et Nelson Mandela PHOTO/ALEXANDER JOE / AFP

Tout au long de sa vie, l’homme de foi, vêtu de sa soutane mauve, monta vaillamment au front, ne craignant pas de taper du poing sur la table dans les enceintes feutrées onusiennes, ni de jouer les empêcheurs de discriminer et ostraciser en rond auprès des puissants. Après avoir triomphé du racisme d’Etat, il livra bataille en faveur de la dignité humaine, du pardon et de la réconciliation, à la tête de la Commission pour la vérité et la réconciliation d’Afrique du Sud.

Epris de justice et d’équité, on se souviendra aussi longtemps du regretté Desmund Tutu pour ses prises de position pro-palestiniennes courageuses et non négociables. Des prises de position qui résonnèrent fortement en 2014, à travers son appel au boycott d’Israël et son plaidoyer aux accents libérateurs adressé au peuple israélien : « Libérez-vous en libérant la Palestine » (publié sur Haaretz)

Il écrivit en substance :

Publicité

« À la fin, le bien triomphera. Chercher à libérer le peuple de Palestine des humiliations et des persécutions que lui inflige la politique d’Israël est une cause noble et juste. C’est une cause que le peuple d’Israël se doit de soutenir. Nelson Mandela a dit que les Sud Africains ne se sentiraient pas complètement libres tant que les Palestiniens ne seraient pas libres. Il aurait pu ajouter que la libération de la Palestine serait également la libération d’Israël.»

« Nous, Sud-Africains, connaissons la violence et la haine. Nous savons ce que cela signifie d’être les oubliés du monde, quand personne ne veut comprendre ou même écouter ce que nous exprimons. Cela fait partie de nos racines et de notre vécu.

Mais nous savons aussi ce que le dialogue entre nos dirigeants a permis, quand des organisations qu’on accusait de « terroristes » furent à nouveau autorisées, et que leurs meneurs, parmi lesquels Nelson Mandela, furent libérés de prison ou de l’exil.

Soyons clairs, le peuple de Palestine a tous les droits de lutter pour sa dignité et sa liberté. Cette lutte est soutenue par beaucoup de gens dans le monde entier. 

Nul problème créé par l’homme n’est sans issue lorsque les humains mettent en commun leurs efforts sincères pour le résoudre. Aucune paix n’est impossible lorsque les gens sont déterminés à l’atteindre.»

Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le vicariat et la science

Migrants : une fin d’année macabre au large de la Libye