in

Des pharmacies britanniques boycottent la firme pharmaceutique israélienne TEVA

Des pharmaciens britanniques annoncent boycotter le fabricant israélien de médicaments génériques TEVA à cause du siège de Gaza et de l’occupation illégale de la Palestine.

Ghulam Esposito Haydar, qui contribue régulièrement à « 5Pillarz » et joue un rôle-clé dans la campagne de boycott, a annoncé que des centaines de fournisseurs de produits pharmaceutiques partout dans le pays n’acceptaient plus les produits de TEVA qui a une présence dans environ 60 pays. Le groupe espère faire pression à la fois sur le gouvernement britannique et sur le régime israélien afin que celui-ci change son comportement envers le peuple palestinien.

TEVA est une compagnie qui contribue largement à l’économie israélienne et finance les « Forces de Défense Israéliennes » de façon considérable. L’année dernière, TEVA a payé à l’état d’Israël 565 millions de dollars de taxes dues depuis 2005. Les dépenses de Tsahal représentent 5,5 % du PIB (Produit Intérieur Brut) israélien, environ 16,5 millions de dollars.

Depuis que nous avons lancé la campagne #BoycottTVA le 18 juillet 2014, environ 300 pharmacies se sont jointes au boycott dans tout le pays. Nous nous attendons à ce que beaucoup d’autres fassent de même, d’après les fragments de nouvelles qui continuent à arriver.

QUELQUES EXEMPLES :

Murtaza Master, propriétaire du groupe de pharmacies Masters dans les Midlands de l’Ouest, a écrit à ses fournisseurs pour leurs demander de ne plus envoyer de produits TEVA à ses six pharmacies. La lettre de M. Master précise que la chaîne « s’efforcerait de cesser progressivement les achats de TEVA sur une étendue de 12 mois ».

Nadim Tahir, directeur de la pharmacie en ligne iPharm UK, dit qu’il a entendu parler pour la première fois de la campagne via les réseaux sociaux. « Ça n’a rien à voir avec la religion, il est question d’humanité », dit M. Tahir. « Nous ne commandons rien à Teva, nous parlons aux patients et nous expliquons pourquoi ce boycott a lieu. »

Amir Riaz, propriétaire d’une pharmacie en ligne i-Dispense, a décrit le coût du boycott de TEVA comme « marginal ». « J’ai eu une réunion avec les partenaires et nous avons conclu que cela ne nuirait ni au commerce ni au patients – c’est pourquoi nous avons décidé d’éliminer TEVA » a-t-il déclaré.

Asad Khan, gérant de la pharmacie Elaj à Leeds, nous informe que C+D (site web des pharmaciens) a déclaré que son boycott a été provoqué par des patients qui réclamaient une alternative aux médicaments génériques TEVA. « Après ce qui s’est passé au Moyen Orient, les gens se rendent mieux compte de la provenance des marques ; à mon avis, les pharmaciens décident eux-mêmes », a-t-il ajouté.

Shaheed Fazal, directeur de la chaîne de pharmacies Dispharma des Midlands de l’Ouest, affirme que le boycott est une « lutte éthique » qui, espère-t-il, amènera à une « solution durable au conflit ».

Le Communiqué de Presse suivant a été diffusé par le groupe qui est à l’origine de la campagne :

« La campagne #BoycottTEVA est une initiative industrielle qui concerne l’achat éthique de médicaments génériques à l’intérieur du Royaume-Uni. La campagne n’a aucun motif politique ou religieux. Au contraire, elle se base sur la morale autour du commerce avec une entité affiliée à un pays qui a mis en place un système actif d’apartheid. Le boycott n’a été lancé qu’après délibérations et consultations sur les effets du boycott et en ayant l’assurance que d’autres médicaments génériques peuvent parfaitement remplacer TEVA sans aucune incidence sur les patients. »

PEUT-ON ACHETER LES MEDICAMENTS D’UN PAYS QUI BOMBARDE LES POPULATIONS CIVILES ET EMPÊCHE LES PALESTINIENS DE SE SOIGNER ?

Le bombardement de Gaza a commencé le 7 juillet. Plus de 2000 Palestiniens ont été tués depuis cette date et quelque 10.000 blessés.

Le nettoyage ethnique de la Palestine s’amplifie tant à Gaza qu’ en Cisjordanie. Israël continue à s’enrichir à travers sa politique d’occupation de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et de la bande de Gaza, et à oppresser le peuple palestinien, à travers la confiscation de terres, la violence militaire et le siège de la bande de Gaza.

Les Palestiniens sont traités comme des citoyens de seconde classe dans leur propre pays. Le siège qui enveloppe Gaza actuellement, inflige une punition collective à une entière population de réfugiés. L’accès à l’alimentation en énergie, à la nourriture et aux médicaments de base est fortement restreint. Les tensions éclatent régulièrement dans cette région et Israël tue sans distinction de nombreux civils, principalement des femmes et des enfants innocents.

En tant que protagonistes dans l’industrie pharmaceutique, nous avons le pouvoir de faire pression pour mettre fin à tout cela avec notre Mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions).

Les produits pharmaceutiques TEVA jouent un grand rôle dans l’industrie pharmaceutique. TEVA est le principal fabricant de médicaments génériques au monde, avec une gamme de plus de 1.000 produits pharmaceutiques et une présence dans environ 60 pays. À l’heure actuelle, la compagnie emploie approximativement 45.000 personnes partout dans le monde et a atteint 20,3 milliards de dollars de revenu net en 2013. Chaque année, TEVA fournit plus de packs de médicaments au NHS (National Health Service : Sécurité Sociale) que tout autre – c’est-à-dire environ 15% de tous les packs de médicaments du Royaume-Uni.

TEVA estime qu’en moyenne, chaque seconde, chaque jour, plus de 250 comprimés ou capsules fournis par la compagnie, sont absorbés par les patients partout dans le Royaume-Uni.

Le Protocole de Paris, qui régit les relations financières entre Israël et l’OLP, est une partie significative des Accords d’Oslo de 1993. Le Protocole a placé Israël et le futur état palestinien dans le même système de collecte des taxes. En général, cela veut dire que les Palestiniens continuent à dépendre d’Israël : décisions politiques, régime douanier et services import-export des marchandises.

LA PALESTINE OCCUPÉE UN MARCHÉ CAPTIF POUR TEVA

De plus, le Ministère israélien de la Santé a exigé que l’importation de médicaments vers la Cisjordanie et la bande de Gaza soit permis seulement pour les médicaments qui sont enregistrés en Israël. Cette décision signifiait que le marché arabe voisin (avec quelques exceptions) serait fermé à la population et à l’industrie pharmaceutique palestiniennes. Le marché palestinien est donc incapable de maintenir des échanges import/export avec les marchés les plus proches et les plus naturels. Les autres produits importants auxquels Israël a refusé l’accès sont les génériques abordables fabriqués en Inde, en Chine et dans les anciens états de l’URSS.

En raison des restrictions susmentionnées imposées par le régime israélien, les compagnies multinationales israéliennes profitent de cette situation de plusieurs façons. Des quatre plus grandes compagnies, israéliennes à l’origine (Teva, Perrigo Israël – anciennement Agis, Taro et Dexcel Pharma), auX petites compagnies (telles que Trima), toutes les compagnies israéliennes jouissent d’un accès facile au marché palestinien, sans douane et sans difficultés aux postes de contrôle (par exemple les changements de camions aux postes de contrôle des cargaisons). Les fabricants et les agents israéliens ne sont pas dans l’obligation de modifier leurs produits, quels qu’ils soient, pour les vendre dans les Territoires Palestiniens Occupés. En conséquence, les compagnies multinationales israéliennes peuvent vendre des médicaments qui ne sont pas étiquetés en langue arabe à une population qui parle arabe.

La campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) s’étend et s’intensifie partout dans le monde, et continue à avoir un impact sur l’image d’un pays, Israël, qui, malgré l’occupation de la Palestine et la politique de l’apartheid, se présente encore comme « la seule démocratie du Moyen Orient ».

Le but de cette campagne est de faire pression à la fois sur notre gouvernement et sur le régime israélien pour que celui-ci change sa politique envers le peuple palestinien. Nous espérons que faire pression par voie de boycott, contribuera à envoyer un message à notre cabinet : la population du Royaume-Uni ne tolérera plus les atrocités et les crimes contre l’humanité, qui sont commis contre le peuple palestinien."

On peut soutenir le boycott de TEVA en affichant un bouton « j’aime/like » sur sa page Facebook, sur le lien suivant :https://www.facebook.com/BoycottTEV…

Source : http://www.5pillarz.com/2014/07/31/…

(Traduit par Chantal C. pour CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gaza : un terrain d’expérimentation de la technologie militaire israélienne

Les soldats israéliens humilient un Imam en le forçant à se mettre tout nu devant sa famille