in

Confidences d’un confiné

Confinement, étrange mot de la langue française, combien de fois chacun a pu le prononcer ou seulement l’entendre au cours de sa vie ? Confinement, quatre syllabes venues bousculer une actualité que l’on pensait quelconque, anodine et qui s’invite aujourd’hui dans nos vies faisant dorénavant pleinement partie de notre quotidien, de nos réflexions de nos vies.
Le temps s’arrête devant cet évènement inédit venu porter un coup à nos certitudes, venu ébranler la planète, venu ébranler l’humanité. Le temps qui nous manquait hier s’offre à nous désormais, à profusion, en abondance telle que chacun s’interroge sur le moyen de combler ce vide méconnu que l’on nommait jadis l’ennui. Si certains s’évertuent tant bien que mal à, selon l’expression déplorable, « tuer le temps » comme ils le peuvent d’autres s’emploient à méditer considérant cette parenthèse comme une chance, une véritable aubaine.
Le couperet tombé sur nous sans crier gare n’a ni forme, ni visage, ni représentation connue par le plus grand nombre et suscite une angoisse à la hauteur de l’espace médiatique qu’il occupe. Le scénario dystopique se déroule lentement devant nos yeux avec ces décors de métropoles mondiales vidées de toute présence humaine.
Un spectacle digne d’une mauvaise scène apocalyptique à l’heure où les tournages de films sont suspendus et que les salles obscures ont depuis bien longtemps clos leurs portes. Les chimères d’hier sont les réalités d’aujourd’hui et tout un chacun se trouve confronté à cet être à qui il ne peut mentir, cet individu à qui il ne peut rien cacher et qui le connaît mieux que personne : son égo.
Le repli sur soi-même est parfois salutaire lorsque les aiguilles du temps s’immobilisent, que les esprits s’agitent permettant aux auto-proclamés spécialistes en pandémie de déverser leur diatribe moraliste. Des discours antinomiques qui loin de rassurer l’opinion publique l’égare chaque jour un peu plus dans cette boulimie de désinformation.
L’écueil que tout le monde se doit d’éviter demeure le conservatisme, celui de ce conformisme latent d’une société de consommation à l’écoute des appétences les plus futiles mais sourdes aux exigences d’un nécessaire changement des comportements à l’aune d’un nouveau monde qui, irrémédiablement, se profile devant nous. Il s’agit bien là de raisonner et se questionner sur l’avant et l’après de cette crise dans l’optique de mieux appréhender notre avenir et faire que définitivement sortis de cet épisode cauchemardesque nous ne ressemblions pas à ceux qui y sont entrés. Il est donc indéniable qu’un profond changement doit s’opérer dans nos comportements et nos mentalités puisque la sagesse veut l’homme tire des leçons des erreurs d’autrui.
A l’échelle globale, une réflexion doit être menée sur la priorisation de nos besoins et au fait que notre destin est inéluctablement lié aux efforts que nous porterons dans des domaines tels que la santé et l’éducation. Cette attention à apporter à ces éléments fondamentaux de notre société ne doit pas donner matière à polémique car il en va de notre avenir à tous, simples individus ou grands dirigeants de la planète puisque « gouverner c’est prévoir ». La prise de conscience collective est salutaire et se doit de faire obstacle aux irréductibles.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Salam, que c’est original, même le site oumma publie des lettres de confinés maintenant, il y en a tous les jours je sais même pas comment on ose écrire pareilles choses et les imposer en lectures aux autres. Que les confinés se confinent davantage et gardent pour eux leurs confidences sans intérêt, serais-je publié cette fois? Non mais parce que j’ai déjà essayé une première fois et Oumma n’a pas publié, pourtant je suis dans le principe de libre expression qui est celui de l’auteur des confidences, non? Bon j’avoue que je n’ai pas lu ses confidences parce qu’elles m’ennuient d’avance, là, c’est comme ça, le principe de libre expression ne consiste pas à faire plaisir à tout le monde.
    Publiez cette fois Oumma!
    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Coronavirus : Trump coupe le financement américain de l’OMS

Covid-19 : l’Arabie saoudite suspend les prières de Tarawih dans les mosquées