in ,

Une célèbre photographe jordanienne choisie par Disney pour illustrer sa campagne “Rêve Grand, Princesse”

La photographe jordanienne Banan Alawneh n’a qu’une seule devise dans la vie, stimulante et libératrice, qui la pousse à ne jamais se reposer sur ses lauriers en brisant les moules qui formatent et enferment, et elle se résume en quelques mots clés : « placer toujours plus haut la barre des objectifs à atteindre », car « rien n’est trop grand » pour celle qui estime que poursuivre un but peu élevé dans l’existence est mille fois plus dangereux que d’en avoir un trop ambitieux.

On comprend mieux pourquoi son regard d’artiste a séduit la direction de l’empire Disney, l’unanimité se faisant autour de sa candidature pour venir enrichir une équipe internationale composée de 19 photographes de renom, dans le cadre de la grande campagne lancée par le premier groupe de divertissement au monde. Une campagne photographique dont l’ambition suprême et l’intitulé évocateur ne pouvaient que résonner puissamment en elle : « Dream Big, Princess » (« Rêve Grand, Princesse »).

Qui mieux que Banan Alawneh, cette directrice artistique de talent qui a réussi à se faire un nom, derrière son objectif et tout en étant voilée, dans le milieu élitiste, entre strass et paillettes, de la photographie de mode, pouvait immortaliser les visages d’enfants illuminés par les doux rêves qui bercent leurs nuits ?

C’est dans le Centre de la Famille et de l’Enfance fondé, en 2005, par la Reine Rania de Jordanie qu’elle a trouvé ses jeunes modèles très inspirants, incarnation d’une enfance malheureuse et, néanmoins, dotés d’un formidable potentiel que vient renforcer une extraordinaire capacité à voir grand et loin.

Parmi ces petites filles jordaniennes qui, malgré une existence difficile, ont des étoiles dans les yeux en songeant à ce qu’elles deviendront plus tard, la petite Menas Hamoudeh, 8 ans, sourit à la vie sur le beau portrait réalisé par Banan Alawneh, posant à côté d’un tableau d’école qui illustre sa volonté de transcender les épreuves et de se projeter dans l’avenir, en tant que future enseignante.

Rêver grand n’est pas un vain mot, ni une folle utopie pour la désormais célèbre photographe, considérée comme l’une des plus influentes du Moyen-Orient, qui pose un regard, à la fois attendri et admiratif, sur ces fillettes que le destin n’a pas épargnées et qui font de merveilleuses égéries dont Disney ne pouvait pas rêver mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panorama de la pensée musulmane moderne

Ibn Khaldoun – Le génie maghrébin ignoré par les siens (vidéo)