in

Aubervilliers : l’instituteur victime d’une agression commise au nom de Daesh a tout inventé

Le spectre de la fausse agression du RER D plane sur l’affaire imaginaire de l’attaque d’Aubervilliers commise, ce lundi matin, contre un enseignant au sein de l’école publique Jean Perrin, en Seine-Saint-Denis, et dont Daesh se serait félicité sans pour autant l’avoir revendiquée, selon les dires de ce dernier qui se révéleront être un énorme mensonge en toute fin de journée.

Le maître d’école de 45 ans, actuellement entendu par la brigade criminelle, au 36 quai des orfèvres, a laissé tomber le masque de l’affabulateur, avouant avoir tout inventé et s’être auto-mutilé pour d’obscures raisons, comme le rapporte le site 20 minutes.

Le pédagogue de la petite enfance, à l’imagination très fertile, avait brodé une histoire abracadabrantesque, plus proche du conte d’horreur que du joli conte de Noël, jouant les victimes expiatoires d’un assaillant surgi de nulle part qui a revendiqué son acte en ces termes : « C’est Daesh, c’est un avertissement ».

Selon son récit des faits, l’individu, mû par des envies de meurtre, a fait brutalement irruption dans l’école sans arme, avant de foncer droit sur lui, saisissant un cutter et une paire de ciseaux qui traînaient par là, pour ne le blesser que superficiellement au cou et au front.

Ni une ni deux, la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem s’est immédiatement rendue sur les lieux du crime dont l’improvisation aurait dû éveiller les soupçons, tandis que les médias le relayaient en boucle en précisant que l’enseignant était hors de danger.

A l’heure où l’affaire s’est dégonflée comme une baudruche, les fins limiers de la brigade criminelle ont encore un mystère bien épais à éclaircir : qu’est-ce qui a bien pu pousser un instituteur à se faire le narrateur d’une histoire à dormir debout et à faire frémir dans les chaumières, le soir, au coin du feu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une universitaire chrétienne de Chicago revêt le hijab pour lutter contre l’islamophobie en recrudescence

Etats-Unis : la communauté juive de Durham se mobilise contre l’islamophobie