in

Athènes se dote enfin de sa première grande mosquée

L’Aube Dorée, ce mouvement néo-fasciste grec, ne connaîtra pas son grand soir à Athènes, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir multiplié les démonstrations de force pour tempêter contre l’édification d’une mosquée, faisant trembler le berceau de la démocratie au bruit de bottes et de slogans haineux de sinistre mémoire, à l’encontre de la présence musulmane.

Après treize ans d’atermoiements administratifs et religieux, la toute-puissante Eglise orthodoxe s’y étant d’abord opposée, craignant de voir des minarets coexister aux côtés des clochers, et face à la fureur de l’extrême droite locale qui promettait des lendemains fracassants et ravageurs si un lieu de culte musulman venait à s’élancer à l’horizon, le gouvernement grec a annoncé jeudi, non sans une certaine satisfaction, que la construction de la première mosquée d'Athènes a été enfin signée et approuvée, le premier coup de pelle devant être donné dans les meilleurs délais.

Selon le  Ministère des Infrastructures, des Transports et Réseaux, c'est à un consortium grec qu'a été confiée, après moult tergiversations, l'édification de cet édifice religieux de 600 mètres carrés, sans minaret, qui verra le jour sur une ancienne zone militaire, et ce pour la coquette somme de 946 000 €.

Le chantier de la future grande mosquée d’Athènes, rendu nécessaire par le nombre croissants de fidèles qui y vivent, sera la deuxième mosquée officielle du pays après celle, de moindre envergure, de la localité de Kominiti, située dans l’est de la Thrace, qui a permis à la petite communauté de Turcs musulmans de se recueillir dignement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rony Brauman choqué par le comportement de Hollande face à Netanyahou

L’ambassadeur américain en Algérie : “One, two, three, viva l’Algérie!”