in

Arabie saoudite : le terrible parcours d’un travailleur indien tombé dans le coma et éloigné des siens depuis 20 ans

Plongé dans le coma depuis plus d’un an, Mohammed Shamshuddin, 43 ans, était jusqu’il y a peu encore un patient sans identité, à la conscience gravement altérée, qui avait été admis à l’hôpital de Dammam, en Arabie saoudite, à la suite d’un accident vasculaire cérébral survenu brutalement, ayant entraîné une hémorragie, source de lésions irréversibles.

Après moult recherches rendues difficiles par l’expiration de sa carte de résident, ce n’est que très récemment que les autorités saoudiennes sont parvenues à mettre un nom sur ce visage de souffrance inanimé, découvrant ses origines indiennes et sa condition sociale misérable.

Tel un damné de la terre condamné à vivre, ou plutôt à survivre, dans la clandestinité au cœur d’un royaume où il multipliait les petits boulots et dont il ne pouvait s’extraire pour regagner sa région natale – le district de Rajanna Sircilla, à Telangana – Mohammed Shamshuddin, corvéable à merci, n’avait plus revu sa famille depuis 20 longues années, lorsqu’une attaque cérébrale le foudroya.

A la mort de ses parents, ce fils inconsolable, dont le chagrin fut intensifié par l’impossibilité matérielle d’assister à leurs funérailles, sombra dans un état dépressif, aggravé par le caractère illégal de son statut et la plainte déposée contre lui pour ne pas avoir payé la location d’une voiture.

Dans son malheur, il a pu compter sur le soutien indéfectible de Nass Vokkam, un autre ressortissant indien un peu mieux loti que lui, qui plaida sa cause auprès de la police saoudienne. La plainte fut alors retirée, soulageant momentanément Mohammed Shamshuddin d’un lourd poids, mais sa ligne d’horizon n’en fut pas éclaircie pour autant.

Plus de douze mois après son hospitalisation, sa famille a appris avec consternation ce qui lui était arrivé. Elle ne ménage pas actuellement ses efforts pour réunir la somme conséquente de 5 000 dollars, nécessaire à son rapatriement en Inde, et vient de solliciter le précieux concours de l’ambassade indienne à Riyad, ainsi que de la communauté musulmane.

Enfin identifié et localisé, Mohammed Shamshuddin n’est plus le patient inconnu et esseulé qu’il était il y a quelques jours encore. Même s’il n’est toujours pas sorti de son profond sommeil, peut-être percevra-t-il l’émotion qui étreint les personnes qui se tiennent désormais à son chevet et qui s’est propagée au-delà des murs de sa chambre d’hôpital.

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. comment l’arabie satanique peut elle encore etre un phare spirituel pour des centaines de millions d’individus.
    c’est incomprehensible.

    • Les musulmans ont mis très longtemps pour comprendre que les saoudiens n’étaient pas le phare qu’ils croyaient. Ce sont de récentes études historiques qui ont appris au monde arabo-musulman stupéfait, qu’il s’agissait d’une famille crypto-juive qui grâce aux manigances anglaises a pris le pouvoir en Arabie. L’actualité et l’alliance de Salmane et son fils Moshé ( dit Mohamed) avec Israël confirment les résultats de cette étude.

      Quant à ce pauvre homme qui est dans le coma, il a toute notre compassion et notre solidarité ! Prions pour son réveil et son rétablissement ! Allah Ichafih ! Amen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Festival d’Avignon : miroir grossissant de la Fracture Sociale

La Librairie Résistances : une librairie pro-palestinienne en plein coeur de Paris