in

Appel pour la libération du scientifique Ubai Aboudi, incarcéré par Israël

M. Ubai Aboudi, citoyen Etasunien, un des plus proches partenaires de Scientists for Palestine (S4P) et directeur du Centre Bisan pour la recherche et le développement basé à Ramallah, a été brutalement enlevé par l’armée israélienne, à 3 heures du matin, le mercredi 13 novembre 2019. M. Aboudi a été enlevé de force chez lui par 12 soldats israéliens, alors que ses enfants et sa femme terrifiés étaient également à la maison.

Depuis lors, M. Aboudi a été détenu sans inculpation et le lundi 18 novembre 2019, un tribunal israélien l’a placé en détention administrative pendant 4 mois. S4P et les soutiens soussignés condamnent avec la plus grande fermeté cette action brutale et demandent la libération immédiate de M. Aboudi de la prison militaire. Nous invitons également tous les universitaires concernés par les droits humains et par l’application du droit universel à l’éducation à agir immédiatement et à soutenir notre appel.

Le centre Bisan est un acteur clé de la société civile palestinienne et a travaillé sans relâche, sous la direction remarquable de M. Aboudi, pour défendre le droit des Palestiniens à l’éducation. Bisan a notamment participé à la préparation de la troisième réunion internationale de S4P sur la science en Palestine, qui se tiendra au Massachusetts Institute of Technology. M. Aboudi a joué un rôle déterminant dans l’instauration de discussions sur les moyens de renforcer la science palestinienne et a élaboré des plans pour aider à organiser de prochains ateliers scientifiques S4P en Palestine.

Publicité
Publicité
Publicité

Le gouvernement israélien utilise la détention administrative (DA) depuis 1948 pour abuser et détenir des Palestiniens, sans jamais les laisser voir des preuves et sans motif d’inculpation – parfois des années durant – en violation directe du droit international. Les organisations de défense des droits humains condamnent depuis longtemps l’utilisation par Israël de la DA contre les Palestiniens.

Les conventions de Genève interdisent aux puissances occupantes d’utiliser la DA contre une population occupée, et la DA telle qu’elle est utilisée par Israël est en violation directe et subséquente i) des articles 49 et 67 de la 4e Convention de Genève ii) de l’article 9 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et iii) de l’article 9 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) de 1966, ainsi qu’un ensemble de lois et de principes internationaux relatifs aux droits de l’homme.

Une organisation telle que S4P, qui a pour vocation d’établir des collaborations scientifiques et de renforcer celles qui existent déjà, ne devrait pas être obligée de rédiger de telles déclarations.

Publicité
Publicité
Publicité

L’enlèvement brutal de M. Aboudi est une attaque directe contre quiconque tente d’aider à élever le niveau de science et d’éducation des Palestiniens. Nous craignons également que cela ne cible particulièrement les personnes qui entretiennent des relations étroites avec des organisations internationales, telles que S4P, qui pourraient contribuer à mettre en œuvre un changement en Palestine.

Premiers signataires :

Scientists for Palestine – Comité directeur.
Ahmed Abbes, Directeur de recherche au CNRS, Paris.
Jonathan Beckwith, Professeur émérite, Harvard Medical School, Boston Massachusetts.
Chandler Davis, Professeur de mathématiques, Université de Toronto.
Ivar Ekeland, FRSC, Ancien président de l’université Paris-Dauphine, et ancien directeur du Pacific Institute of Mathematical Sciences.
Michael Harris, Professeur de mathématiques, Columbia University.
Assaf Kfouri, Professeur de mathématiques, Boston University.
Haynes Miller, Professeur de mathématiques, Massachusetts Institute of Technology.
Joseph Oesterlé, Professeur émérite de mathématiques, Sorbonne Université, Paris.
Sana Odeh, Clinical Professeur d’informatique, New York University.
George P. Smith, Professeur émérite de biologie, University of Missouri, lauréat du prix Nobel de chimie en 2018.

Vous pouvez signer la pétition de Scientists for Palestine pour la libération immédiate de M. Ubai Aboudi ici

PETITION

A : Carlos Moedas, Commissaire européen pour la recherche, la science et l’innovation.

Publicité
Publicité
Publicité

Nous faisons appel à vous, en votre qualité de Commissaire européen chargé de la recherche, de la science et de l’innovation, pour une raison particulière : Israël a accès aux programmes de recherche et d’innovation de l’Union européenne, y compris « Horizon 2020 », sur la même base que les États membres de l’Union européenne. Il vient d’ailleurs d’obtenir 34 subventions du Conseil européen de la recherche, ce qui le place au cinquième rang des pays éligibles.

L’accès à ces programmes est soumis à certaines conditions très précises concernant le respect des droits fondamentaux. L’article 2 de l’Accord d’association entre l’Union européenne et Israël stipule que « les relations entre les parties, ainsi que toutes les dispositions de l’accord lui-même, sont fondées sur le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques, qui guide leur politique intérieure et internationale. et constitue un élément essentiel du présent accord. »

La détention arbitraire de M. Ubai Aboudi constitue une nouvelle violation grave par Israël de l’esprit et de la lettre de l’Accord. Nous appelons donc l’Union européenne à demander à Israël de libérer M. Ubai Aboudi. Nous appelons à cela en tant qu’universitaires concernés, qui croient aux valeurs politiques et humaines sur lesquelles l’Union européenne est fondée et au potentiel inégalé de la recherche et de la science pour unir les érudits au-delà des frontières.

https://www.aurdip.org/petition-pour-la-liberation.htmlAudirp

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Assalamou ‘alaïkoum, mais où est le problème? Ne va-t-il pas de soi qu’une force coloniale lutte contre l’élévation du niveau scientifique et technique de ses opprimés? Et alors, le Sionisthan ignore les lois internationales impunément jusqu’à ce jour, tout en se présentant comme état de droit, quel est le souci? Pour moi et je dirais pour n’importe qui d’un peu rationel, cela signifie que l’entité Sioniste a tellement de force et d’influence dans le monde qu’elle peut faire ces choses, un point c’est tout. A un moment donné, réclamer le respect du droit international, voire le droit supposé de l’entité elle-même revient à promouvoir l’état réel de droit au Sionisthan qui en serait donc quitte à bon compte puisqu’il est implicitement reconnu dans son droit prétendu à l’existence et à la durée. Et on en apelle à l’Union Européenne alliée de l’état Sioniste, ouais. Qui veut pétitionner qu’il pétitionne, moi pas, je suis persuadé du peu d’intérêt de ces démarches. Si à la rigueur, le scientifique est élargi, ce ne serait que pour meilleure présentation mais temporraire de l’état Sioniste, amélioration qu’il fera payer d’autres façon. Et si les rapports de force militaires restent ce qu’ils sont, quand bon lui semblera, l’état Sioniste forcera les gens à quitter leur sol natal, et au-delà, il acquierra de nouvelles terres pour son indépendance économique et sa longue viabilité.

    L’injustice initiale c’est l’existence de l’état détenteur de grandes forces, qui ne peut que commettre des crimes pour vivre ou survivre longtemps, pas moyen de sortir de là. Qu’on ne me raconte pas que les guerres d’occupation coûtent cher, oui les occupations sont assez coûteuses, mais il y a autre sorte de guerre qui coûte beaucoup moins, c’est la guerre éradicatrice, point final. Mais allez-y, mettez en ligne une pétition contre l’existence de l’état si on vous le permet.

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’échec du communautarisme à l’île Maurice

Australie : une femme musulmane enceinte sauvagement agressée