in

Anton Wilhelm Amo, philosophe noir des Lumières

Dans un essai savant, Daniel Dauvois raconte l’originalité et l’importance de la pensée du premier Africain à avoir enseigné dans des universités européennes au XVIIIe siècle.

D’Anton Wilhelm Amo, on sait peu de choses. Mais son extraordinaire destin et le mystère de sa vie ont contribué à faire de ce penseur du XVIIIe siècle une figure mythique de la philosophie africaine.

Publicité
Publicité
Publicité

« Tombé ou presque dans l’oubli depuis plus de deux siècles, il n’en est pas moins devenu, au cours des dernières décennies, une sorte d’icône », écrit Matthias Kaufmann, professeur à l’université allemande Martin-Luther de Halle-Wittenberg, dans sa préface à l’ouvrage Anton Wilhelm Amo. Une philosophie de l’implicite, de Daniel Dauvois, publié aux éditions Présence africaine en décembre 2020. Le succès de celui qu’on surnommait le « Noir de Guinée » a souvent été brandi en étendard contre le préjugé qui veut que les Africains soient dénués de raison.

Il dément à lui seul l’assertion hégélienne des Leçons sur la philosophie de l’histoire selon laquelle l’Afrique se situerait hors du chemin de la raison et de l’histoire. « Le Nègre, écrivait le philosophe allemand, représente l’homme naturel dans toute sa sauvagerie et sa pétulance », et l’esclavage, « un moment du progrès (…), un degré d’éducation, une sorte de participation à une moralité supérieure et à la culture qui s’y rattache ».

Publicité
Publicité
Publicité

Lire la suite sur Le Monde

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Tunisie: des diplômés du supérieur au chômage menacent d’un suicide collectif

Une femme élue secrétaire générale du Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCB)