in ,

Angleterre : le premier iftar interconfessionnel de la grande Mosquée de Bolton rencontre un vif succès

Avant que la parenthèse sacrée du Ramadan ne se referme, et que les précieuses vertus islamiques qu’elle exhale ne s’évaporent à l’air libre de la société environnante, où le matérialisme fait rage, les dignitaires de la Mosquée de Bolton ont décidé d’organiser un grand iftar interconfessionnel. 

Un iftar exceptionnel, placé sous le signe de la Connaissance du mois béni, de ses innombrables bienfaits et de la dimension hautement spirituelle de son jeûne, mais aussi de l’entre-connaissance.

Samedi 23 avril, forte du rayonnement dont elle jouit dans le comté du Grand Manchester, la Zakariyya Jaam’e Masjid a accueilli chaleureusement de nombreux convives non musulmans à un dîner de rupture du jeûne inédit, qui a indéniablement fait date. 

Publicité
La grande Mosquée de Bolton

Aux côtés du maire de Bolton, deux parlementaires et plusieurs notables locaux, dont le directeur général de l’hôpital, des hauts gradés de la police et du corps des sapeurs-pompiers, ainsi que des chefs d’entreprise très en vue, ont honoré de leur présence ce premier événement du genre, éminemment fédérateur. 

« Le mois de Ramadan rassemble les familles et les communautés. C’est une période de réflexion et de réconfort », a déclaré le porte-parole de la grande Mosquée de Bolton, comblé par la réussite inespérée de l’opération.


« Durant ce mois béni qui enjoint de faire le bien autour de soi pour mieux se rapprocher de notre Seigneur, la communauté musulmane multiplie les bonnes actions, redouble de bonté et de compassion envers les êtres les plus vulnérables, de toutes origines et confessions. Aussi sommes-nous tellement heureux d’avoir pu transmettre, au cours de cet iftar que nous avons voulu rassembleur et enrichissant, les belles valeurs de l’islam et le sens profond de notre jeûne ».

Publicité

Samedi dernier, alors qu’une effervescence inhabituelle, mais des plus salutaires, régnait à Bolton, la joie se lisait sur tous les visages, à l’intérieur comme aux abords de sa grande Mosquée.

A la satisfaction générale, le succès du premier iftar interconfessionnel a été total, tant sur le plan de l’affluence du public que de sa saine curiosité pour le mois de l’abstinence par excellence. Ce quatrième pilier de l’islam, au sujet duquel nombre de citoyens britanniques ont confessé humblement leur ignorance. 

Un mois de privation, ascétique et purificateur, qui fascine et intrigue d’autant plus qu’il est observé au coeur de sociétés occidentales prises au piège du consumérisme, quand elles ne lui vouent pas carrément un culte…

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Méditations sur Laylatul Qadr, la nuit du Destin

Le jeûne comme remède à la ruine de l’âme (3ème partie)