in

Algérie : des scandales de pédophilie éclaboussent des écoles coraniques

La pédophilie, cette atteinte innommable à l’intégrité de l’enfance, s’immisce dans des enceintes que l’on croyait immunisées contre ce mal, et après les scandales en chaîne qui ont ébranlé l’Eglise catholique, c’est au tour des écoles coraniques en Algérie d’être éclaboussées par des affaires de mœurs sordides.

L’impensable s’est produit là où il était inconcevable qu’il survienne, et au cours de ces derniers mois, plusieurs cas d’agressions sexuelles sur mineurs ont traumatisé l’opinion algérienne.

Derrière les murs protégés, ou supposés l’être, des sanctuaires de la foi, certains imams abusent de leur pouvoir pour assouvir des pulsions criminelles, à l’instar de cet enseignant coranique de la mosquée de la commune de Boudjebha-El-Bordj, près de Sidi Bel-Abbès, qui vient d’être condamné à 10 ans de prison ferme pour abus sexuel sur un garçonnet de 6 ans.

Considérant que cet enseignant, qui a fait subir un calvaire à son jeune élève, a gravement déshonoré sa fonction et l’islam, la religion dont il était censé prêcher la bonne parole et inculquer les grands préceptes, le tribunal de Sidi Bel-Abbès a voulu faire un exemple.

Publicité

Les faits étaient effectivement accablants pour l’accusé qui, non content d’avoir enfermé sa proie innocente dans la classe pour se livrer à un viol caractérisé, a également menacé l’enfant si jamais il en parlait à sa famille. Mais ce dernier a puisé en lui le courage nécessaire pour tout révéler à ses parents, un médecin confirmant l’agression sexuelle dont il avait été victime.

Sensibilisée à ce phénomène très alarmant, l’association Djazairouna a brisé le tabou, et la chape de plomb du silence qui l’entoure, pour enquêter en 2010 sur ces crimes abominables. Le fruit de son investigation sur 431 écoles coraniques a jeté une lumière crue sur une réalité honteuse : dans la seule wilaya de Blida, 28% des enfants, inscrits dans des écoles coraniques, avaient subi des attouchements sexuels.

Publicité
Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Il faut aussi noter qu’un enfant peut mentir. Il est arrivé qu’un tribunal juge un individu coupable d’avoir commis un acte pédophilie sur un enfant, sur dénonciation de ce dernier, puis que l’enfant se rétracte en affirmant avoir menti.

  2. La pédophilie existe partout. En France, environ quatre-vingt pour cent des cas de pédophilie ont lieu dans le cercle familial. Ce sont des parents, parfois également la mère, qui abusent de leurs propres enfants, ou un oncle qui abuse de sa nièce, un grand-père de son petit-fils, un beau-père…
    Il y a des prêtres pédophiles, des imams pédophiles, des rabbins pédophiles, du personnel, travaillant dans des crèches, pédophile, des pédiatres pédophiles, des enseignants pédophiles, des chefs scouts pédophiles, des policiers pédophiles.
    On ne peut suspecter l’ensemble des membres d’un corps de métiers, car tous les parents, enseignants, chefs scouts, pédiatres, personnels de crèche, prêtres, imams, rabbins ne sont pas pédophiles.
    Les pédophiles sont partout. Si on souhaite se défier d’un individu à cause de la fonction qu’il occupe, alors il faut se défier de tout le monde.
    Il faut aussi dire que tous les pédophiles ne passent pas à l’acte. Il existe ce que l’on appele des pédophiles abstinents. Ces pédophiles abstinents luttent courageusement tous les jours pour ne pas passer à l’acte et se font aider par des psychiatres.
    Il faut aussi noter que certains pédophiles (dans quelle proportion?) sont d’anciennes victimes qui ont érotisé leur traumatisme.

  3. Quand on utilise le mot «pédophile» en Occident, on ne pense pas du tout à l’amour! Les mots changent de sens et évoluent. On n’a évolué depuis «pédos philos»! On ne pense pas aux testicules quand on utilise le mot «orchidée» qui vient du mot grec pour testicules. Et les prêtres n’enseignent plus le catéchisme.

  4. Le mieux est que ce soient leurs parents qui leur inculquent l’Islam et les éduquent selon l’Islam sans passer par une tierce personne fut-elle un imam ou un imam de renom comme dans le clergé qui apprend le catéchisme aux enfants par des prêtes etcc.. car ils s’avèrent être des pédocriminels.
    L’Algérie ne doit pas utiliser le mot pédophilie qui signifie “aimer les enfants” et qui a depuis toujours en occident permis à ces pédocriminels de violer des enfants.
    Les pédocriminels sont condamnés à mort en Islam alors 10 ans de prison pour ce pédocriminel c’est très peu et loin d’être exemplaire. Il faudra que la justice algérienne fasse suivre son incarcération de 10 ans par une interdiction de s’approcher des enfants et de vivre à proximité d’enfants… Et c’est valable pour les autres pédocriminel et les incestueux aussi hommes comme femmes blédards.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Samia Sassi: “Je n ‘ai jamais donné de Coran à Véronique Genest”

La décapitation, un châtiment bientôt révolu en Arabie saoudite?