in

Ahed Tamimi, l’icône angélique de la résistance palestinienne

Ahed Tamimi, l'icône angélique de la résistance palestinienne

Ahed Tamimi, l'icône angélique de la résistance palestinienne A partager absolument pour obtenir sa libération et contrer la désinformation qui circule à son sujet !Emprisonnée seule dans 3 lieux sinistres différents, bien que mineure, la jeune fille au keffieh subit des conditions de détention inhumaines. Ahed Tamimi restera dans cet enfer carcéral pendant 10 jours de plus, avec gravée dans sa mémoire la phrase de sa maman : « La Palestine occupée est un lieu d’enfances massacrées ».

Publié par Oumma.com sur mercredi 27 décembre 2017

Boucle d’or de la Cisjordanie occupée, Ahed Tamimi est, à 16 ans, l’icône de la résistance palestinienne. La petite fille timide de Nabi Saleh, un village près de Ramallah, s’est muée à l’adolescence en héroïne.Témoin et victime de la cruauté d’Israël – 3 proches parents ont été tués et ses parents arrêtés à plusieurs reprises -,  elle s’est dressée très tôt contre les soldats de l’armée d’occupation.

En 2012, à 11 ans, son stupéfiant face-à-face avec un soldat israélien a fait le tour du monde. La frêle fillette, d’une extraordinaire combativité, était entrée dans la légende. Symbole de l’enfance palestinienne sacrifiée sur l’autel de l’ultrasionisme, Ahed Tamimi a osé, à mains nues, violer les règles : elle a donné une gifle cuisante à la toute-puissance de l’armée israélienne !

Bête noire d’Israël, la jeune fille, blonde et aux yeux bleus, intrigue l’Occident et ses médias si prompts à diaboliser les Palestiniens. Sa jeunesse et son physique ne correspondant pas au profil-type de l’activiste palestinienne lui ont valu le surnom de « Shirley Temple », ou comment la réduire à une héroïne de pacotille. Elle est aussi traitée « d’enfant manipulée » dans une « guerre des images », ou comment nier ses propres souffrances et discréditer son combat en faveur de la Palestine martyrisée.

Honorée par Mahmoud Abbas, par le président turc Recep Tayyip Erdoğan et récompensée pour sa bravoure, elle a été arrachée aux siens, chez elle, dans la nuit lugubre du 18 au 19 décembre.

Ce que nos médias ne diront jamais, c’est que la jeune fille, filmée en train de s’en prendre à des soldats israéliens, hurlait sa révolte après les avoir vus tirer froidement sur son cousin de 14 ans, Mohammed Tamimi.

Alors que celui-ci lutte toujours contre la mort, Ahed Tamimi, sa mère Nariman et sa cousine Nour, 21 ans, ont été jetées dans les geôles israéliennes. Déchaînant la fureur de l’ultra-sioniste N. Bennett, ministre de l’Education, qui souhaite qu’elle « finisse ses jours en prison », elle a  comparu le 20 décembre devant un tribunal militaire. Connus pour leurs parodies de procès et leurs violations des droits des enfants palestiniens, les juges israéliens ne lui ont fait aucun cadeau.

Emprisonnée seule dans 3 lieux sinistres différents, bien que mineure, la jeune fille au keffieh subit des conditions de détention inhumaines. Ahed Tamimi restera dans cet enfer carcéral pendant 10 jours de plus, avec gravée dans sa mémoire la phrase de sa maman : « La Palestine occupée est un lieu d’enfances massacrées ».

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Ahed ne pourra jamais être jugée légalement pour ce qu’elle fait. En effet Israel contrairement à tout ce que les médias occidentaux affirment n’est pas une DEMOCRATIE puisqui’il n’a pas de CONSTITUTION! Israel est en fait une THEOCRATIE qui ne reconnait donc pas la séparation des pouvoirs judiciaire législatif et exécutif ce qui est le propre d’une DEMOCRATIE. Dans ces conditions Ahed ne peut donc pas bénéficier d’une justice impartiale et dénocratique puisque le système judiciaire israelien est basé sur la Torah du genre oeil pour oeil dent pour dent etc… Ceci se vérifie malheureusement avec Ahed sous couvert de pseudojugement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Intolérance : un législateur veut criminaliser l’athéisme en Egypte

Les débats où Meyer Habib  s’est pris une raclée