in

126 célébrités exigent des sanctions contre Israël, 60 députés américains une enquête indépendante, le meurtre de Shireen Abu Akleh suscite l’émotion

Ils ont en commun l’immense émotion qui les étreint depuis ce mercredi 11 mai tragique à Jenine, en Cisjordanie occupée, lorsque la très estimée et chevronnée journaliste américano-palestinienne, Shireen Abu Akleh, fut à jamais réduite au silence par le tir ciblé d’un sniper israélien. Une pléiade d’artistes internationaux, parmi lesquels figurent des stars hollywoodiennes, et une soixantaine de parlementaires américains montent au créneau, afin que ce crime de guerre ne soit pas impuni, ni effacé des mémoires.

Et pour que l’inqualifiable assassinat de Shireen Abu Akleh ne sombre pas dans les oubliettes de l’Histoire, une centaine de célébrités, dont notamment Pedro Almodovar, Liam Cunningham, Roger Waters, Ken Loach, Susan Sarandon, Tilda Swinton, Mark Ruffalo, Eric Cantona, Miriam Margolyes, Jim Jarmusch, Naomi Klein et Peter Gabriel, ont appelé dans une lettre à des sanctions contre Israël, à l’aune de  « l’entière responsabilité des auteurs de ce crime et de toutes les personnes impliquées dans son autorisation ».

Au même moment, plus de 60 députés démocrates siégeant au Congrès, à Washington, ont exhorté à une enquête indépendante dans une missive adressée au département d’État et au FBI. 

Publicité

Oscillant, comme les 125 autres signataires, entre affliction et révolte, la très engagée actrice américaine, Susan Sarandon, s’est épanchée sur Twitter : « Je suis attristée et en colère par le meurtre de Shireen Abu Akleh et l’effroyable attaque contre ses funérailles. Je sais maintenant, plus que jamais, que sans responsabilité sérieuse et sans mesures sérieuses de nos gouvernements, l’apartheid et l’occupation ne prendront pas fin de sitôt ».

De son côté, l’acteur irlandais Liam Cunningham n’a pas manqué de rectifier le tir, ou plutôt le titre du New York Times, pour mieux mettre en lumière le deux poids deux mesures qui sévit dans le traitement de l’information dès qu’Israël est directement impliqué. Non, Shireen Abu Akleh n’est pas morte à 51 ans, « elle a été assassinée par un sniper israélien, alors qu’elle portait un gilet de presse et faisait un reportage sur la violence militaire d’Israël », a-t-il corrigé en rouge.

Publicité

Voici la lettre ouverte signée par des artistes internationaux indignés (source site Mondoweiss)

« Nous sommes profondément troublés par le meurtre par les forces d’occupation israéliennes de la très respectée journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, alors qu’elle arrivait, vêtue d’un gilet de presse clairement identifié, pour rendre compte d’une incursion israélienne dans la ville occupée de Jénine mercredi dernier. Alors que nous pleurons sa perte, nous appelons à l’entière responsabilité des auteurs de ce crime et de toutes les personnes impliquées dans son autorisation.

L’attaque des forces israéliennes lourdement armées contre les personnes en deuil palestiniennes nous a encore plus consternés et horrifiés. Les soldats ont battu et donné des coups de pied aux personnes en deuil et aux porteurs de cercueil dans l’enceinte de l’hôpital Saint-Joseph à Jérusalem-Est occupée, pour les empêcher de porter le cercueil d’Abu Akleh et de marcher vers l’église pour le service funèbre prévu . 

Que penser de l’impudence et de la cruauté de cette atteinte à la dignité humaine ?  

Le meurtre de Shireen Abu Akleh est une grave violation du droit international humanitaire et une atteinte au journalisme et à la liberté d’expression. Des experts onusiens et internationaux des droits de l’homme ont déclaré que cela pourrait constituer un crime de guerre et devrait faire l’objet d’une enquête internationale indépendante et transparente. Pourtant, c’est loin d’être un événement isolé. 

Publicité

Les forces israéliennes ont tué 45 journalistes depuis 2000, en blessant beaucoup d’autres, simplement pour avoir fait leur travail. Ces crimes font partie d’un schéma de violence, de harcèlement et d’intimidation contre les journalistes palestiniens, mettant en lumière ce qu’Amnesty International, Human Rights Watch et la principale organisation israélienne de défense des droits de l’homme, B’Tselem, ont décrit comme un système d’apartheid imposé au peuple palestinien.  

Depuis de nombreuses années, des groupes palestiniens de défense des droits de l’homme et de la société civile demandent à la communauté internationale de prendre des mesures proportionnées et ciblées pour obliger Israël à rendre compte de ses crimes, et mettre fin à son impunité. Nous soutenons pleinement cet appel. 

Lorsque les politiques d’Israël violent de manière flagrante les lois et les normes internationales, c’est parce que les puissances occidentales lui ont constamment fourni une couverture diplomatique pour le faire.

Il n’est pas passé inaperçu que, alors que nos gouvernements se sont précipités pour imposer des boycotts et des sanctions en réponse à l’invasion illégale de l’Ukraine par la Russie et à la cruauté de ses attaques contre une population civile, les mêmes gouvernements continuent de financer et de protéger l’occupation israélienne qui dure depuis des décennies, et ses graves violations des droits de l’homme contre les Palestiniens. 

Pendant ce temps, nos gouvernements prennent des mesures antidémocratiques pour réprimer les campagnes de pression non violentes de leurs propres citoyens visant à obliger Israël, ainsi que les entreprises et les institutions qui sont complices de son système d’oppression, à rendre des comptes.

Nous appelons nos gouvernements à mettre fin à leur hypocrisie et à agir avec cohérence dans l’application du droit international et des droits de l’homme. Nous les appelons à prendre des mesures significatives pour garantir la responsabilité du meurtre de Shireen Abu Akleh et de tous les autres civils palestiniens. Il ne doit pas y avoir de doubles standards lorsqu’il s’agit du droit humain fondamental de ne pas être persécuté et opprimé, du droit à la vie et à la dignité.»

Liste complète des 126 signataires :

Khalid Abdalla, acteur

Hany Abu Assad, réalisateur

Tunde Adebimpe, musicien

Ahsan Akbar, poète

Yasmine Al Massri, acteur

Omar Al Qattan, réalisateur

Monica Ali, auteur

Candace Allen écrivain

Pedro Almodovar, réalisateur

Anthony Anaxagorou, poète

Ramin Bahrani, réalisateur

Adam Bakri, acteur

Saleh Bakri, acteur

Joslyn Barnes, producteur

Roy Battersby, réalisatrice de télévision

Sarah Beddington, cinéaste

Ronan Bennett, scénariste

Frances Black, chanteur

Nicholas Blincoe, auteur

Iciar Bollain, réalisateur

Juan Diego Botto, acteur

Haim Bresheeth, cinéaste, universitaire

Victoria Brittain, écrivain

Adam Broomberg, artiste

David Calder, acteur

Carmen Callil, éditeur, monteur

Eric Cantona, acteur

Iggor Cavalera, musicien 

Sidi Larbi Cherkaoui, chorégraphe

Julie Christie, acteur

Isabel Coixet, réalisateur

Steve Coogan, acteur, comédien

Mark Cousins, écrivain , réalisateur

Liam Cunningham, acteur

William Dalrymple, auteur

Angela Davis, auteur

Andy de la Tour, acteur

Jeremy Deller, artiste

Stephen Dillane, acteur

Sara Driver, réalisateur

Ben Ehrenreich, auteur

Brian Eno, musicien

Jodie Evans, producteur

Shepard Fairey, artiste

Bella Freud, dessinateur

Peter Gabriel, musicien

Trevor Griffiths, dramaturge, scénariste

Kathryn Hahn, acteur

Charles Hayward,

 M Imhotep, musicien

Nicolás Jaar, musicien 

Gemma Jackson, chef décorateur

Jim Jarmusch, réalisateur

Asif Kapadia, réalisateur

Aki Kaurismaki, réalisateur

John Keane, artiste

Brigid Keenan, auteur

Patrick Keiller, cinéaste

Peter Kennard, artiste

AL Kennedy, auteur

Jennine Khalik, journaliste

Naomi Klein, auteur, activiste

Peter Kosminsky, scénariste, réalisateur

Jan Kounen, réalisatrice

Nancy Kricorian, auteur

Hari Kunzru, auteur

Seun Kuti, musicien

Pau Laverty, scénariste

Mike Leigh, réalisateur

Laima Leyton musicien, artiste

Jim Loach, réalisateur

Ken Loach, réalisateur

Dónal Lunny, musicien

Mahmood Mamdani, auteur

Miriam Margolyes, acteur

Kika Markham, acteur

Yann Martel, auteur

Emer Martin, auteur

Massive Attack , groupe

Kleber Mendonça Filho, réalisateur

Christy Moore, musicien

Thurston Moore, musicien

Tom Morello, musicien

Carol Morley, réalisateur

Laura Mulvey, spécialiste du cinéma

Karthika Nair, poète

Mira Nair, réalisateur

Courttia Newland, auteur, scénariste

Pratibha Parmar, réalisateur

Maxine Peake, comédienne

Aubrey Powell, designer

Philip Pullman, auteur

Stephen Rea, acteur

Boots Riley, scénariste, réalisateur

Bruce Robbins, auteur, universitaire

Olga Rodriguez, auteur

Jacqueline Rose, auteur, universitaire

Arundhati Roy, auteur

Mark Ruffalo, acteur

Alberto San Juan, acteur

Susan Sarandon , actrice

Alexei Sayle, comédien, auteur

James Schamus, scénariste, producteur

Nick Seymour, musicien

Kamila Shamsie, auteur

Tai Shani, artiste

Alia Shawkat, acteur

Marea Stamper, DJ

Juliet Stevenson, acteur

Tilda Swinton, acteur

Colm Tóibín, auteur

Ricky Tomlinson, acteur

Ben UFO, DJV, auteur, dramaturge 

Yanis Varoufakis, auteur

Mirza Waheed, auteur

Harriet Walter, acteur

Roger Waters, musicien

Irvine Welsh, auteur

Monique Wilson, actrice, activiste

Jane Wilson, artiste

Louise Wilson, artiste

Michael Winterbottom, réalisateur

Penny Woolcock, scénariste, réalisatrice

Susan Wooldridge, acteur

Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Je ne crois pas à l’efficacité politique de tout cet étalage d’émotions face à l’influence du puissant mouvement Sioniste.

    En revanche, on peut former une énième plainte devant la cour peinale internationale, même si elle n’aboutit pas, du moins sera-t-elle enregistrée ce qui pourrait servir en d’autres temps, si d’aventure, le rapport des forces en présence change et que l’entité Sioniste en perdant de la force et du soutien, perdrait également en impunité.

    Mais la cour peinale internationale est lente, il faut s&aisir pour la énième fois l’ONU, sachant bien que le Conseil dit de Sécurité étendu ou restreint fera obstruction. L’important est que les doléances soient enregistrées pour préserver l’avenir, puisque le présent nous est hostile et injuste.

    Sans espoir d’aboutissement des plaintes ni d’aucune faveur Onusienne, que les choses soient enregistrées et documentées afin que le jour venu, on puisse faire saisir les criminels.

    L’ennemi Sioniste insulte aux morts comme aux vivants, et s’il ne laisse pas les morts en paix, c’est qu’en dépit des apparences, plus fort et soutenu qu’il ne fut jamais, il perd intrinsèquement l’assurance, la confiance en soi-même.

    Plaise à Allah hâter le retournement que les criminels apellent en outrepassant davantage, se croyant au-dessus de la condition humaine et en même temps commençant à douter de leur toute-puissance sur la terre.

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

France : un match de foot “ensanglanté” pour dénoncer la souffrance des ouvriers du Mondial-2022

Leadership américain : “Il y a un risque pour l’Europe”