in

10 000 Chinois à pied d’œuvre pour construire la Grande Mosquée d’Alger

Passe encore son gigantisme, sa nature superfétatoire, et son coût faramineux (un milliard d’euros), si seulement l’édification de la Grande Mosquée d’Alger avait été la mine d’emplois pré-annoncée par des officiels très enthousiastes, et si la toute-puissante Chine ne volait pas le pain des Algériens avec la bénédiction du président Bouteflika.

Après une cérémonie d’auto-satisfaction générale, riche en envolées lyriques, qui salua, début mars, la signature du contrat liant l’Agence nationale de réalisation et de gestion de la Mosquée d’Alger (Anagerma) à la société chinoise China State Construction Engineering Corporation (CSCEC), c’est une douche froide aoûtienne qui s’abat sur l’Algérie en souffrance, exsangue, et accablée par un chômage endémique.

Adieu les 17 000 emplois et les perspectives de formation qui devaient jaillir comme une source miraculeuse en plein milieu du désert économique ambiant ! L’éclaircie qui devait poindre à l’horizon a été assombrie par les nuages d’un marché de dupes, dont seuls les Chinois sont les maîtres du jeu…

Celui qui a jeté un froid n’est autre que le PDG d’Air Algérie Mohamed Salah Boultif, révélant que pas moins de 10 000 ouvriers chinois, nourris, logés, blanchis, et surtout rémunérés, vont débarquer de l’autre côté de la méditerranée pour s’atteler à la construction du phare majestueux de l’islam.

Relayée par Algérie news, cette nouvelle anéantit les espoirs de milliers de jeunes qui pouvaient légitimement croire que la préférence nationale jouerait en leur faveur, et l’emporterait sur l’ambition démesurée d’un homme, qui souhaite laisser son empreinte de grand bâtisseur devant l’Eternel avant de passer le flambeau présidentiel.

Omniprésente en Algérie, la Chine rafle les marchés comme autant de conquêtes qui contribuent à asseoir sa suprématie mondiale : après l’autoroute, les nombreuses constructions d’immeubles, le projet pharaonique de la Grande Mosquée d’Alger ne pouvait guère lui échapper, au grand dam des Algériens qui auront juste le loisir de la regarder sortir de terre, au fur et à mesure des 42 mois de chantier… Maigre, très maigre consolation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Aïd El-Fitr a été fixé au dimanche 19 août 2012

Faire le Ramadan est devenu une faute grave