Une princesse saoudienne, dépensière invétérée et mauvaise payeuse !

Il est bien connu que les plus riches s’avèrent être les plus retors quand il s’agit d’éponger leurs

vendredi 12 juin 2009

Il est bien connu que les plus riches s’avèrent être les plus retors quand il s’agit d’éponger leurs dettes…

Ce constat est d’autant plus affligeant lorsqu’il s’agit de l’épouse du ministre saoudien de l’Intérieur, le prince Nayef ben Abdel Aziz, qui sévit de manière compulsive dans les magasins prestigieux de la capitale, égratignant le vernis moral des plus hautes instances de son pays.

Prise d’un nouvel accès de fièvre acheteuse, la princesse Maha al-Sudairi a notamment dévalisé un magasin parisien de la chaîne vestimentaire Key Largo pour la coquette somme de 139 000 Euros.

Connue comme le loup blanc sur la place de Paris pour sa frénésie dilapidatrice, la belle s’est aussi taillée une redoutable réputation de mauvaise payeuse, se réfugiant dans sa suite du palace familial le George V, propriété de son neveu, refusant purement et simplement de régler ses petites emplettes locales, dont les impayés se monteraient à … plusieurs millions d’euros !

Loin d’en rester là, la chaîne vestimentaire Key Largo a intenté une action au civil auprès du tribunal de grande instance de Paris pour obtenir « une saisie conservatoire des biens de cette femme qui a accepté de verser il y a quelques semaines 50.000 euros sur une somme totale de 139.000 euros, et qui doit donc encore 89.000 euros », a indiqué l’avocat du magasin.

Emboîtant le pas de Key Largo, la bijouterie Chaumet, également victime de cette dépensière chronique, a intenté une action similaire. Traînant un lourd passif derrière elle, la princesse Maha al-Sudairi a été poursuivie en 1995 en Floride par une domestique qui l’accusait de la battre, l’affaire débouchant sur un dénouement à l’amiable.

Mais cette fois-ci, la princesse pourra-t-elle avoir recours à un autre subterfuge, celui de l’immunité diplomatique de son mari, pour échapper à l’obligation d’honorer des arriérés pour le moins déshonorants ?

Publicité

commentaires