Un certain 8 mai 45 en Algérie

Le 8 mai 1945, jour de l’armistice signifiant la fin de la guerre en Europe. L’Algérie alla

par

jeudi 5 mai 2005

Le 8 mai 1945, jour de l’armistice signifiant la fin de la guerre en Europe. L’Algérie allait connaître un des événements les plus sanglants de son histoire. Suite à un soulèvement des Algériens contre l’occupation coloniale française, une répression hallucinante devait s’abattre sur les populations de Sétif, Guelma, Kheratta, dans l’est du pays.

Une répression qui devait s’espacer sur près de 10 jours et qui provoquèrent l’extermination d’au moins 45000 civils. Pour les autorités coloniales de l’époque, il fallait frapper fort pour dissuader toute nouvelle tentative de révolte. On croyait ainsi sauver le régime colonial dans tout ce qu’il avait de plus banal, le racisme institutionnalisé, le mépris absolu des vies algériennes. N’est-ce pas le général Duval en personne qui déclara à sa hiérarchie : "on est tranquille pour 10 ans". Tout en prévenant : "je vous ai donné la paix pour 10 ans, mais il ne faut pas se leurrer, tout doit changer en Algérie". Il ne croyait pas si bien dire.

Sétif allait marquer une étape cruciale, rien ne sera plus comme avant. Le fossé allait se creuser considérablement entre Algériens et colons. La guerre de libération devait commencer 10 ans plus tard, elle avait en fait joué son premier acte à Sétif. Nul d’ailleurs ne pouvait mieux l’exprimer que le grand écrivain algérien Kateb Yacine lorsqu’il écrivit : "à Sétif, se cimenta mon nationalisme, j’avais 16 ans".

Pour comprendre les raisons de cette prise de conscience chez le peuple algérien, il faut revenir sur l’essence profonde de ce que fut le système colonial français. Tout d’abord, il faut voir que la présence française ne reposait sur aucune légitimité. L’Algérie a été conquise par la force dés 1830 et allait se voir imposer une domination et un joug qui devait aboutir à la déstructuration complète de sa société. Avec la colonisation, non seulement les cadres politiques traditionnels ont disparu, mais les structures profondes de l’ordre social ont été violemment attaquées ; que ce soit avec l’interdiction progressive des "medrassas", la confiscation des propriétés collectives et la remise en cause du système tribal.

A cela, il fallait rajouter une situation économique désastreuse et de plus en plus précaire pour les Algériens. En fait, deux Algérie existaient, celles des colons européens minoritaires et maîtres du pays, et celle des Algériens majoritaires condamnés à la plus terrible des misères. Pour ce qui était du droit, "l’apartheid républicain" était de mise. Les Algériens dépendaient du code de l’indigénat. Un code officialisé en 1881 qui prévoyait l’instauration de pénalités exorbitantes de droit commun et d’une série de mesures relevant d’un droit parallèle discriminatoire ne s’appliquant que pour les Algériens musulmans. En fait, plus de 90% de la population se trouvait exclue de tous les droits civiques et civils fondamentaux sur le seul critère de l’appartenance raciale et religieuse.

C’est parce que ce système ne pouvait plus être reconduit que déjà se multipliaient dans l’Algérie de l’après deuxième guerre mondiale, des mouvements de contestation qui tournèrent souvent à de sanglantes émeutes anti-européennes dans l’est algérien. De fait, la donne internationale avait profondément évolué. La guerre a remis en question la place des puissances coloniales. Les multiples défaites de l’armée française ont non seulement prouvé aux Algériens que le colonisateur n’était pas invincible ; mais surtout, l’appel massif de conscrits algériens pour libérer l’Europe confortait le désir des Algériens d’en finir avec le statut quo colonial. Les Algériens de retour chez eux, attendaient des changements à la hauteur du prix du sang que leurs camarades morts ont versé. Ils exigeaient l’égalité des droits avec les colons et le respect de leur identité.

Pour toute réponse, rien, la barbarie coloniale continue. L’après guerre allait donc sonner le glas de la révolte et du changement. C’est comme cela que les Algériens voulurent marquer leur 8 mai 1945, jour de la reddition allemande et fin de la guerre en Europe.

La mort d’un scout tué par la police française mettra le feu aux poudres à Sétif. Ce sera l’émeute. Un soulèvement spontané, appuyé par des militants nationalistes laissera place aux frustrations trop longtemps contenues. On s’en prendra aux colons européens, à Sétif, Kherrata, dans les campagnes environnantes et même à Guelma, pourtant éloignée de plus d’une centaine de kilomètres. Le 8 mai au soir, on relèvera parmi les colons européens 103 morts et 110 blessés.

Dés le 10 mai, la réaction française allait prendre forme par une répression sans pitié sur la population civile. A Sétif, Guelma, Kherrata, de terribles massacres ont été exécutés. L’armée coloniale, conduite par le général Duval "le boucher de Sétif", fusille, exécute, torture et viole tandis que l’aviation et la marine bombarde les villages. A Guelma, les B23 ont mitraillé des journées entières tout ce qui bougeait. A Kherrata, ce furent des familles entières que l’on jetait du haut d’un précipice. Des dizaines de milliers de morts à comptabiliser, plus de 45000 d’après les sources algériennes et américaines. Sans oublier non plus, les milliers de blessés, d’emprisonnés envoyés dans des camps.

Ces massacres allaient marquer un tournant irréversible dans l’histoire de la colonisation de l’Algérie. Les Français ont voulu frapper fort, du fait même qu’ils appréhendaient déjà cette révolte. Appréhension compréhensible quand on connaissait les recrues limitées dont pouvait disposer à ce moment la puissance coloniale pour un pays aussi grand et aussi rebelle. Il fallait massacrer le plus pour assurer la survie du système.

En fait, le premier acte de la guerre d’Algérie venait d’être joué. Pour les Algériens, la lutte armée devenait le seul moyen de libération. La révolution algérienne était en marche...

Publicité

Auteur : Hicheme Lehmici

Journaliste, chargé de cours à l'Université du Caire

commentaires