Philippe Geluck : « Nous sommes tous frères »

Dans cet entretien accordé à Oumma.com, Philippe Geluck, chroniqueur et dessinateur revient en toute sincér

mercredi 22 octobre 2008

Philippe Geluck : « Nous sommes tous frères »

Dans cet entretien accordé à Oumma.com, Philippe Geluck, chroniqueur et dessinateur revient en toute sincérité sur ses propos tenus au cours de l’émission « Europe1 Découvertes » présentée par Michel Drucker.

Au cours de cette émission, les différents interlocuteurs évoquaient l’utilité d’avoir un chat pour chasser notamment les souris et les rats. Vous intervenez ensuite en prononçant cette phrase : « À l’époque Charles Martel a essayé d’arrêter les souris à Poitiers, mais il n’y est pas arrivé ». Pourquoi avoir soudainement convoqué « Charles Martel » et « Poitiers » dans une telle discussion ? Où se situe le rapport ?

Précisons d’abord que je suis intervenu juste après que le vétérinaire nous ait appris que les rats et les souris n’étaient pas présents en Europe pendant le premier millénaire de notre ère et qu’ils étaient arrivés d’Afrique, ensuite.

N’oubliez pas que je suis un dessinateur et donc un « visuel ». L’image qui m’est venue à cet instant est celle de milliards de petites souris blanches qui passaient d’un continent à l’autre pour se répandre en Europe et j’ai imaginé Charles Martel avec sa grande épée, tournoyant dans l’air, complètement débordé par ces petites bestioles qui lui passaient tout autour.

Comment avez-vous réagi au fait que les musulmans aient pu être choqués par de tels propos ?

J’ai été très surpris et très peiné d’apprendre que des auditeurs aient pu être choqués par mes propos. Je n’avais nullement l’intention de blesser qui que ce soit, bien sûr. J’ignorais même que « rat » avait été, à une époque, une insulte envers les Musulmans et je la trouve odieuse. Par bonheur, je n’ai plaisanté que sur les souris. Et, après vérification, « souris » n’est pas injurieux.

Cela dit, tout le continent africain aurait pu se sentir offensé par mes propos puisque nous parlions de petites bêtes venues d’Afrique (et pas d’Afrique du Nord spécialement).

Vous allez me dire que si j’ai cité Charles Martel, c’est parce que l’histoire nous raconte qu’il a arrêté les Musulmans à Poitiers. Et c’est sans doute cette référence scolaire qui a suscité en moi le nom de Martel. C’est vrai. Mais moi, j’ai dit qu’il n’avait pas réussi à arrêter les souris. Donc, même dans le feu de l’action de l’improvisation humoristique, je n’ai jamais assimilé les Musulmans (qu’il a arrêtés) aux souris (qu’il n’a pas arrêtées !)

On peut concevoir que l’on puisse rire des religions et de toutes les religions. Mais pensez-vous que l’on peut rire de tout ?

Il y a des sujets sur lesquels il est très difficile de plaisanter, comme la maladie, la mort ou la religion. Pour moi, l’humour est synonyme d’hygiène et de liberté d’esprit, pour autant qu’il ne blesse pas les autres. Vous pouvez relire ou écouter toutes mes interviews. Je n’ai cessé de dire que mon souci, lorsque je plaisantais, était de ne pas blesser. Sauf les puissants. Je pense qu’il est sain de rire des plus forts que soi, mais qu’il serait lâche de faire rire aux dépens des plus faibles.

Maintenant, peut-on rire de tout ? Je me pose de plus en plus la question et j’espère que la réponse est « oui ». Sinon, où se situe la limite dans les sujets abordés ?

Dans le cas présent, j’avais réellement l’impression de rire de Charles Martel dans une position ridicule. Un peu comme si chaque fois qu’il fallait arrêter quelqu’un ou quelque chose à Poitiers, on téléphonait à SOS-Charles Martel qui arrivait avec sa grande épée. En écrivant ces lignes, je me surprends à sourire, parce que raconté comme ça, ça devient rigolo. Vous voyez, on va peut-être y arriver !

Si on ne peut pas rire de tout, on peut en tout cas rire de soi-même. C’est ce que je fais régulièrement. Mais ne me limitez pas, s’il vous plaît, à ne rire que des Belges et des chauves !

Avant ce dérapage, quelle image ou connaissance aviez-vous de l’Islam et des musulmans ?

Je préfèrerais que nous ne parlions pas de dérapage, car pour moi, ce n’en est pas un. Ma bonne foi est entière. De toute ma vie, je n’ai cessé de combattre l’injustice et le racisme. Donc, pour moi, il n’y a pas eu dérapage de ma part, mais si c’était à refaire, je ne le referais pas comme ça, c’est sûr, puisque des auditeurs se sont sentis blessés.

Par contre, ce que je trouve être un dérapage, c’est ce que j’ai vu sur un site Internet.

L’« incident » était présenté comme ceci : « Sur Europe 1, on insulte les Musulmans en les comparant à des rats ! ». Avouez qu’il s’agit d’une drôle de manière de rapporter ce qui avait été dit dans l’émission.

L’incompréhension entre les gens vient parfois de la façon dont on analyse des faits, des paroles ou des écrits.

Et pour terminer de répondre à votre question. Je m’intéresse beaucoup à l’Islam et à la culture musulmane dans son histoire et dans l’actualité. Mais, je l’avoue, il y a encore beaucoup de choses que j’ignore.

Je termine ces jours-ci un livre magnifique « La maison de la mosquée » de l’écrivain iranien Kader Abdolah.

Ne pensez-vous pas que l’Islam souffre d’un déficit de communication, que cette religion reste méconnue et souvent caricaturée dans certains médias ?

Un déficit de communication, c’est certain. En revanche, je ne trouve pas que l’Islam soit continuellement caricaturé. Il est vrai que je ne fréquente pas de racistes ni de xénophobes. Et je ne lis pas tout. Il est également vrai que cette religion n’est sans doute pas assez connue en Belgique ou en France (mais n’oubliez pas que moi, athée, je subis dans mon pays l’omniprésence de la religion catholique depuis ma naissance) et que ce sont souvent ses débordements intégristes qui sont stigmatisés dans les médias.

Je sais comme il doit être pénible pour des croyants sincères et pacifiques d’être associés à des extrémistes. Mais je sais aussi que les Belges ou les Français attendent souvent des Musulmans respectueux d’autrui qu’ils condamnent plus clairement ceux qui proposent une lecture du Coran appelant à la haine.

L’émission animée par Michel Drucker « Europe 1 Découvertes » est une émission grand public avec une forte audience. L’idée de proposer une émission « Découverte de l’Islam » pourrait contribuer à mieux combattre les préjugés ?

Quelle bonne idée ! Je la lui proposerai dès que je l’ai au bout du fil. Promis.

Un dernier mot ?

Je pense sincèrement que nous sommes tous frères et que notre monde serait plus doux à vivre si nous respections vraiment l’autre, qu’il soit d’une culture, d’une religion, d’une nationalité, d’une origine, d’un sexe différent.

Il respecte ta croyance, respecte la sienne et respectez aussi mon incroyance.

Propos recueillis par la rédaction

Publicité

commentaires